Moshe Kahlon, ministre des Finances et président du parti Koulanou, a indiqué lundi qu’il autorisait les membres de son parti à voter comme ils le souhaitent sur un projet de loi controversé qui accorderait l’immunité pénale aux Premiers ministres en exercice.

Le projet de loi, surnommé « loi française » en raison de l’immunité dont jouit le président français pendant son mandat, est vu par beaucoup comme une tentative de mettre fin aux multiples enquêtes criminelles contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Le projet de loi est tièdement soutenu par les différents partis de la coalition, et a été vivement dénoncé par l’opposition.

Le procureur de l’Etat, Shai Nitzan, s’y est lui aussi opposé.