La police koweïtienne a arrêté le chauffeur de la voiture ayant conduit le kamikaze à une mosquée où un attentat antichiite, revendiqué par le groupe Etat islamique (EI), a fait 26 morts et 227 blessés vendredi, a indiqué dimanche le ministère de l’Intérieur.

Les autorités ont également appréhendé le propriétaire de la maison où ce chauffeur se cachait, a ajouté le ministère, cité par l’agence officielle KUNA, précisant que ce propriétaire, un Koweïtien, faisait la promotion d’une « idéologie fondamentaliste et déviante ».

Le chauffeur, lui, a été présenté comme un « résident illégal » né en 1989 et appelé Abdulrahman Sabah Eidan Saud.

Il « se cachait dans une maison du district d’Al-Rigga, dans le gouvernorat d’Al-Ahmadi, au sud de Koweït City », maison dont le propriétaire soutient « l’idéologie extrémiste », a ajouté le ministère de l’Intérieur selon l’agence.

Des groupes jihadistes sunnites, comme l’EI, comptent un nombre significatif de Koweïtiens dans leurs rangs et l’attentat de vendredi visait à semer la discorde entre sunnites et chiites qui représentent environ un tiers de la population de l’émirat, indiquent des experts.

Des milliers de personnes ont assisté samedi aux funérailles de 18 des 26 personnes tuées la veille dans l’attentat suicide à Koweït City.

Il s’agit du premier attentat de ce type revendiqué par les djihadistes de l’EI dans ce petit émirat du Golfe. Quelques semaines plus tôt, l’EI avait visé deux mosquées chiites en Arabie saoudite.

L’EI a également revendiqué une attaque qui a fait 38 morts vendredi sur une plage touristique de Tunisie.