L’acteur américain Kal Penn, connu pour avoir interprété “Kumar” dans le feuilleton “Harold & Kumar”, a donné les 25 000 dollars qu’il a remportés lors de l’émission télévisée à l’UNRWA — l’Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine.

Après sa victoire, Penn a expliqué : “Il n’y a qu’en Amérique qu’un homme peut faire des tacos sur FOX TV, presque perdre un œil et gagner 25 000 dollars pour soutenir les réfugiés palestiniens », selon un communiqué paru sur le site internet de l’UNRWA.

Il a ajouté que l’agence est « une planche de salut pour tant de familles qui luttent depuis des décennies pour répondre à leurs besoins de base et obtenir leurs droits ».

Penn, qui a travaillé au bureau de la Maison Blanche chargé de l’engagement public durant le premier mandat du président Barack Obama, a imploré ses followers sur Twitter de faire eux aussi des dons à l’UNRWA, affirmant qu’il se fendrait d’une note de remerciement à l’attention de tous ceux qui contribueraient à aider l’agence pour les réfugiés.

Il tient actuellement un rôle dans le feuilleton politique “Designated Survivor” à la télévision.

Le bureau américain de l’UNRWA avait écrit sur Twitter avant l’épisode final que “Si Kal Penn l’emporte, les réfugiés palestiniens gagneront eux aussi ».

Abby Smardon, administratrice de l’UNRWA aux Etats Unis, a déclaré au site d’information Middle East Eye que “ce qui a été le plus excitant, c’est qu’il a pu amener la question des réfugiés palestiniens au coeur d’une émission de télévision en prime time – en parlant de façon positive des réfugiés palestiniens, ce qui est quelque chose qui n’arrive pas suffisamment et particulièrement dans les médias américains”.

Smardon a également indiqué penser que le choix de Penn de soutenir l’UNRWA avait été déterminé parce que l’organisation représente une “planche de salut” pour des millions de Palestiniens. Elle a noté que l’agence fournit de nombreux services sociaux aux réfugiés palestiniens, notamment dans les secteurs de l’éducation et de la santé, et qu’elle est également leur plus grand pourvoyeur d’emplois.

Elle a souligné que le travail de l’UNRWA devait être appréhendé sous un angle humanitaire plutôt que politique, même si le conflit-israélo palestinien reste un problème politique qui est à la source de grandes tensions.

L’UNRWA a été créée en 1949 pour offrir des services médicaux, d’éducation et des opportunités d’emploi à quelque 750 000 réfugiés palestiniens qui avaient été enregistrés après la Guerre d’Indépendance en Israël en 1948.

Aujourd’hui, le nombre de bénéficiaires s’élève à plus de 5 millions, en raison d’une disposition unique permettant de transmettre le statut aux générations suivantes indéfiniment.

L’agence de l’ONU qui s’occupe de tous les autres réfugiés dans le monde, l’UNHCR, ne permet pas aux réfugiés de première génération de léguer ainsi leur statut.

Tandis que les partisans de cette organisation vantent son rôle, soulignant ses dons en aides vitales et ses offres d’emplois en direction des Palestiniens qui vivent dans les camps de réfugiés qu’elle a sous son aile, les critiques de l’UNRWA indiquent qu’elle a aidé à prolonger le conflit israélo-palestinien en conservant les Palestiniens dans un état de dépendance qui les a détourné d’une éventuelle réinstallation.

Ils accusent l’UNRWA de préférer ignorer le détournement accompli par le Hamas de ses équipements à Gaza, pour lancer des attaques contre Israël.