Les ambassades des pays arabes de Paris ont-elles émis des réserves face à la candidature d’Audrey Azoulay, ministre de la Culture de l’actuel gouvernement, dont le nom a été avancé pour diriger l’UNESCO, l’agence des Nations Unies dédiée à la culture ?

« C’est une candidature de dernière minute qui a été imposée par l’Élysée », explique au Figaro un diplomate d’un pays européen à Paris qui souhaite garder l’anonymat.

« Les pays arabes veulent ce poste, souligne la source du quotidien français. Cette candidature va créer une tempête à l’Unesco. Ils vont l’interpréter comme une invraisemblable provocation, » rapporte le Figaro.

« Et ce, alors même que beaucoup de mises en garde ont été faites contre une telle candidature qui va soulever des passions à l’Unesco », ajoute-t-il.

Est-ce la judaïté d’Audrey Azoulay, fille du conseiller du roi du Maroc, qui « suscite des réserves » de la part de certains pays arabes, dont 4 (Egypte, Qatar, Irak, Liban) ont également posé une candidature pour dirigé cette institution internationale où les conflits autour de la question de Jérusalem font rage régulièrement ?

Le 13 octobre 2016 l’Unesco adoptait ainsi une résolution niant le lien existant entre les Juifs, Jérusalem et le mont du Temple.