Le gouvernement israélien a officialisé dimanche la nomination au poste de chef d’état-major du général Gadi Eisenkot, qui prendra ses fonctions en février.

« Le général Eisenkot est l’homme qu’il faut, à la bonne place et au bon moment », a affirmé dans un communiqué le Premier ministre Benjamin Netanyahu. « C’est un commandant expérimenté et il peut guider l’armée face aux grands défis auxquels nous sommes confrontés ».

Gadi Eisenkot, 54 ans, succédera à la mi-février au général Benny Gantz, dont il était jusqu’alors l’adjoint.

La Commission Turkel a approuvé la semaine dernière la nomination de Gadi Eisenkot au poste de chef d’état major lui permettant ainsi de se rapprocher encore plus de la tête du commandement de l’armée israélienne.

Eisenkot s’est présenté le jour précédent à la commission qui est chargée d’étudier les candidatures et les nominations aux hautes fonctions israéliennes. Elle est dirigée par l’ancien juge de la Cour suprême Jacob Turkel.

Le Premier ministre, Benjamin Netanyahu, et le ministre de la Défense, Moshe Yaalon, ont tous deux donné les raisons pour lesquelles ils souhaitaient qu’Eisenkot dirige l’armée israélienne.

La Commission Turkel avait déjà minutieusement examinée la candidature d’Eisenkot lorsqu’il avait été sélectionné pour le poste de chef d’état-major adjoint qu’il occupe actuellement.

Grâce à l’approbation de la commission, Eisenkot devrait obtenir l’approbation du gouvernement lors de la prochaine réunion du cabinet dimanche prochain.

Eisenkot faisait partie de l’infanterie de la brigade Golani. Il s’est fait remarquer pendant la deuxième guerre du Liban pour sa lecture sobre de la situation.

Yair Golan, un général qui dirigeait le commandement du nord de l’armée israélienne, a été nommé au poste d’adjoint d’Eisenkot.