La Chine et les membres du Conseil de Coopération du Golfe (CCG) – Bahreïn, Koweït, Oman, Qatar, Arabie saoudite et les Émirats arabes unis – ont entamé des discussions de libre-échange en 2004. Un accord permettra de réduire les coûts d’importation énergétique de la Chine selon le China Daily.

« Les pays du CCG considèrent la Chine comme un marché important pour leurs produits pétrochimiques, et un accord de libre-échange aidera ces pays dans leur développement industriel », affirme Zhang Shaogang, en charge du département international auprès du ministère chinois du Commerce.

Selon Zhang, la Chine va également lancer des négociations avec Israël, avec pour objectif la signature d’un accord de zone de libre-échange dans les prochaines années, rapporte Haaretz.

« La Chine exporte des biens de consommation alors qu’Israël exporte des produits du secteur high-tech. La plupart de ces importations sont complémentaires et ne représentent pas un risque de concurrence directe », explique Zhao Zhongxiu, professeur à l’Université de commerce international et d’économie de Beijing.

Israël accuse un important déficit dans sa balance commerciale avec la Chine : 5,52 milliards d’importations au cours des 11 premiers mois de cette année contre 2,59 milliards d’exportations, selon le Bureau central des statistiques d’Israël.

La Chine a signé en 2014 d’importants accords de libre-échange avec l’Australie et la Corée du Sud.

Ces accords s’ajoutent à ceux déjà conclus avec le Costa Rica, le Pérou et la Nouvelle-Zélande, ainsi qu’avec l’Association des États de l’Asie du Sud-Est (ASEAN).