Une cour de Beer Sheva a refusé d’accéder à la requête de Meir Ettinger, qui demandait à être transféré dans une autre section de la prison où il est actuellement détenu.

Un tribunal israélien a décidé mardi de prolonger de quatre mois sa détention, a indiqué l’organisation Honenu dans un communiqué citant son avocat Yuval Zemer.

Ettinger, qui est sous détention administrative, a déposé une requête de transfert parce qu’il a peur des autres prisonniers de sa section, qui sont majoritairement affiliés à des groupes terroristes palestiniens, a indiqué un porte-parole du tribunal.

Cependant, les juges ont souligné dans leur décision qu’Ettinger n’avait pas de contact direct avec les prisonniers palestiniens et ont donc rejeté la requête.

« Mais même si les blessures physiques sont empêchées, il devrait y avoir une tentative pour limiter les contacts, les frictions, les provocations et les échanges de menace autant que possible, » a écrit le juge Gad Gidon dans sa décision.

Ettinger avait été le 3 août 2015 le premier arrêté après un évènement qui avait fait grand bruit : l’incendie attribué à des extrémistes juifs qui avait coûté la vie à un bébé de 18 mois brûlé vif dans la maison familiale le 31 juillet 2015 à Duma, en Cisjordanie. Les parents du nourrisson avaient succombé à leurs blessures les semaines suivantes. Il reste l’aîné, Ahmed, qui est suivi en rééducation dans un hôpital israélien.

Ahmed Dawabsha dans sa chambre de l'hôpital Tel Hashomer, le 23 décembre 2015 (Crédit : Simona Weinglass/Times of Israel)

Ahmed Dawabsha dans sa chambre de l’hôpital Tel Hashomer, le 23 décembre 2015 (Crédit : Simona Weinglass/Times of Israel)

Le gouvernement israélien a affirmé sa détermination à traiter l’affaire de Duma avec la même vigueur que les attentats anti-israéliens. Meïr Ettinger fait partie d’un petit nombre de juifs radicaux qui ont été placés en détention administrative.

La détention administrative est un régime extrajudiciaire controversé permettant de détenir quelqu’un pendant une durée illimitée sans inculpation ni procès.

Les autorités israéliennes n’ont appliqué la mesure de détention administrative à des extrémistes juifs qu’en de très rares occasions au cours des dix dernières années alors qu’elles l’emploient fréquemment contre les Palestiniens.

En janvier, la justice israélienne avait inculpé deux Israéliens, dont un mineur, de meurtres et de complicité de meurtres pour l’incendie de Duma.