La Croatie donnera un terrain et un immeuble de Zagreb qui valent 4 millions de dollars à la communauté juive en restitution à une propriété réquisitionnée pendant le Seconde Guerre mondiale.

Selon l’organisation mondiale de recouvrement des biens qui appartenaient aux Juifs (WJRO), la communauté recevra un immeuble de six étages et le terrain qui l’entoure. Cette propriété appartient à l’Etat et se situe dans le centre de la ville. Cette restitution est accordée pour remplacer un immeuble qui appartenait pendant la guerre à une société funéraire juive.

Le gouvernement, allié des nazis, avait confisqué le bâtiment d’origine pendant la guerre qui avait été ensuite nationalisé par le gouvernement communiste.

Le revenu engendré par cette propriété aidera à financer une maison de repos pour les personnes âgées de la communauté juive de Zagreb et sera dédié à d’autres programmes communautaires.

« C’est une première étape très attendue et importante de la reconnaissance de l’héritage de la Shoah en Croatie et pour veiller à ce que la communauté juive puisse continuer à se revitaliser dans une Croatie démocratique », affirme Daniel Mariaschin, chef de l’équipe de négociation du WJRO et vice-président du B’nai Brith International, dans un communiqué de presse publié par le WJRO.

Le président des opérations du WJRO, Gideon Taylor, a déclaré que son groupe se félicite de cette décision. Il a ajouté que « nous demandons au gouvernement de continuer à construire sur cette action positive en restituant des propriétés supplémentaires à la communauté juive et en rendant des propriétés privées appartenant à des Juifs sans héritiers ».

En 1997, la communauté juive de Zagreb a déposé une demande pour qu’on leur rende l’édifice original, qui a été construit en 1927 par la société funéraire juive.

Les communautés juives de Croatie ont présenté des demandes pour 135 propriétés communes.

Ces demandes sont fondées sur la loi croate de restitution de 1996, mais seulement 15 propriétés non funéraires ont été rendues, selon la WRJO, qui a noté que la loi sur la restitution ne s’applique pas aux biens saisis pendant la Shoah et n’autorise pas les revendications des citoyens de la plupart des pays étrangers.

La Croatie n’a également pas rendu les biens appartenant aux Juifs sans héritiers confisqués pendant la Shoah.

Avant la Seconde Guerre mondiale, plus de 25 000 Juifs vivaient dans ce qui est maintenant la Croatie ; environ 6 000 ont survécu. Aujourd’hui, près de 2 000 Juifs vivent en Croatie, dont la majorité à Zagreb.