Des savants allemands estiment qu’un grand candélabre dans la cathédrale d’Erfurt était à l’origine un support de rouleaux de la Torah fabriqué pour une synagogue locale au 13e siècle.

L’équipe de chercheurs de l’Université d’Erfurt, une ville à 236 kilomètres au sud-ouest de Berlin, a constaté que le candélabre de la cathédrale Mariendom, sous la forme d’un homme en grandeur nature avec les bras levés, représentait probablement Aaron.

Ils estiment également qu’il a été fait dans la même fonderie d’Erfurt qui a produit la lampe du shabbat de la synagogue de la ville, a rapporté vendredi le site d’information jenapolis.de.

L’équipe scientifique fait partie d’un projet de recherche financé par l’Etat qui met l’accent sur les relations entre Juifs et Chrétiens au Moyen Age.

En étudiant des documents médiévaux, ils ont trouvé dans un manuscrit du 13e siècle une référence à un donateur qui avait fait fabriquer l’objet.

Les chercheurs suggèrent qu’il avait été utilisé pour tenir l’un des immenses et uniques rouleaux de Torah d’Erfurt, qui se trouvent actuellement dans la Bibliothèque d’État de Berlin.

Il a ensuite été enlevé de la synagogue lors d’un pogrom en 1349 et a fini dans l’Eglise Mariendom avant 1425. À un certain moment, il a été transformé en candélabre.