La découverte de dents vieilles de 9,7 millions d’années pousse certains experts à se demander si l’Europe, et non l’Afrique, pourrait être le lieu de naissance de l’humanité.

Des paléontologues du musée d’histoire naturelle de Mainz, en Allemagne, ont trouvé les dents fossilisées en fouillant dans le sable de l’ancien lit du Rhin. Les dents ressembleraient à celle d’un squelette d’un ancêtre humain, « Lucy », découvert en Ethiopie en 1974. Lucy n’a cependant que 3,2 millions d’années.

« Je ne veux pas dramatiser outre mesure, mais je vais faire l’hypothèse que nous allons devoir commencer à réécrire l’histoire de l’humanité », a dit le maire de Mainz, Michael Ebling, pendant une conférence de presse annonçant la découverte la semaine dernière.

Les scientifiques ont trouvé les dents en septembre 2016, mais ont été si troublés par ce qu’ils ont découvert qu’il leur a fallu un an pour rassembler suffisamment d’information pour publier leur article, intitulé « Un nouveau grand singe présentant des ressemblances saisissantes avec les membres africains de la tribu des homininés ».

« Ce sont clairement des dents de grand singe. Leurs caractéristiques ressemblent aux découvertes africaines qui ont quatre à cinq millions d’années de moins que les fossiles découverts à Eppelsheim », a expliqué le directeur du musée d’histoire naturelle de Mainz, Herbert Lutz.

« C’est une chance incroyable, mais aussi un grand mystère », a-t-il ajouté.

The Independent a cité Axel von Berg, archéologue, qui a indiqué que les découvertes allaient « ébahir les experts. »

Alors que des fossiles montrent que de grands singes existaient en Europe à cette période, des preuves de la présence d’homininés n’ont pas encore été découvertes sur le continent.

Le consensus scientifique actuel suggère que les humains modernes sont d’abord apparus en Afrique de l’Est, il y a 400 000 à 200 000 ans, avant de se répandre sur le globe il y a quelque 70 000 ans.