Le discours que doit prononcer le 3 mars le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu devant le Congrès américain sur l’Iran sera retransmis en Israël, mais sous condition, a décidé lundi la Commission centrale des élections.

Le président de la Commission centrale des élections a décidé lundi que le discours programmé du Premier ministre Benjamin Netanyahu au Congrès américain ne pourrait être diffusé en Israël qu’avec un décalage de 5 minutes, pour s’assurer qu’aucune propagande électorale ne soit diffusée pendant l’événement.

Le discours de Netanyahu doit en effet avoir lieu seulement deux semaines avant les élections législatives israéliennes le 17 mars.

« Les diffuseurs pourront retransmettre le discours avec 5 minutes de décalages, pendant lesquelles éditeurs en chefs ou les éditeurs qui travaillent pour eux devront regarder le discours et s’assurer qu’il n’y a pas de propagande dans les mots du Premier ministre », a écrit le juge de la Cour suprême Salim Joubran. Joubran a ajouté que si toute forme de propagande électorale s’immisce dans le discours, les éditeurs devront censurer ces parties.

La décision de Joubran, qui fait suite à une requête déposée par le président de Meretz, Zahava Gal-on et le candidat de l’Union sioniste, Eldad Yaniv, s’appliquera à la Deuxième chaîne, la Dixième chaîne et à l’Autorité de diffusion d’Israël.

Même si la requête de Gal-on et Yaniv demandait l’interdiction de la retransmission du discours en entier par crainte de propagande électorale, Joubran a souligné qu’il autorisait la retransmission de l’intervention du Premier ministre en raison de sa « valeur informative », selon le site d’information Ynet.

Benjamin Netanyahu a maintenu son intention de prononcer un discours sur le nucléaire iranien devant le Congrès à l’invitation d’élus du parti républicain.

La Maison Blanche a fait part de son irritation face cette initiative et le vice-président américain, le démocrate Joe Biden a annoncé qu’il serait absent lors de ce discours.