Des politiciens et des personnalités publiques ont exprimé leur choc vendredi en apprenant le présumé enlèvement de trois étudiants de yeshiva en Cisjordanie, et se sont joints aux prières organisées pour que les adolescents disparus soient rapidement retrouvés et ramenés dans leurs foyers en toute sécurité.

Le leader de l’opposition et président du Parti travailliste, Isaac Herzog, a dit « s’associer à la prière avec le peuple d’Israël pour le bien-être et le retour en toute sécurité des trois garçons. »

Herzog a écrit dans un communiqué qu’il soutient pleinement les familles des étudiants de yeshiva disparus, et qu’il se tient derrière l’armée israélienne dans ses efforts pour retrouver les jeunes hommes.

Le ministre du Logement Uri Ariel a appelé tous les citoyens israéliens à s’unir pour le bien-être des adolescents.

« Je pense que les gens savent que dans ces moments, nous devrions tous nous réunir, » a-t-il dit lors d’une interview à la Deuxième chaîne.

Les grands rabbins d’Israël ont exhorté le peuple à réciter les Téhilim, [psaumes, passages bibliques qui sont traditionnellement lus en temps de détresse]. Une séance de prière pour les adolescents aura lieu le vendredi, à 23h30, au Mur occidental, selon Ynet.

Pendant ce temps, les députés de droite de la Knesset ont critiqué le Fatah et le Hamas réunis au sein d’un gouvernement palestinien nouvellement créé, et ont affirmé que les Palestiniens font la promotion du terrorisme.

D’autres députés ont demandé à Israël de prendre des mesures immédiates contre les organisations terroristes palestiniennes opérant en Cisjordanie.

« La responsabilité incombe directement et clairement au [président de l’AP Mahmoud] Abbas et au gouvernement de la terreur qu’il a établi », a déclaré le député Likud Ofir Akunis.

« Il s’agit d’une conséquence inévitable de la légitimation des organisations terroristes », a-t-il ajouté.

La députée Likud Miri Reguev a soutenu que l’Autorité palestinienne poussait vers une « politique de la terreur » visant à l’escalade des tensions à travers la Cisjordanie. « Cet événement fatal, s’il se produisait, montrerait le vrai visage de l’Autorité palestinienne, celui de l’escalade de la terreur, non celui de la paix », dit-elle.

Reguev a critiqué la ministre de la Justice, Tzipi Livni, pour s’être entretenue avec des responsables palestiniens et a l’appelée à quitter son portefeuille ministériel.

« Le gouvernement israélien devrait avoir un effet dissuasif contre les terroristes et frapper toute tentative de compromettre la sécurité de l’État et ses citoyens », a conclu Reguev.