Les proches d’un terroriste palestinien qui avait été abattu en mars dernier par le sergent Elor Azaria à Hébron, en Cisjordanie, ont déclaré que le verdict de culpabilité d’homicide prononcé mercredi par le tribunal militaire de Tel Aviv ne va pas assez loin. Ils demanderont à la Cour pénale internationale (CPI) de l’accuser de meurtre.

L’oncle d’Abdel Fattah al-Sharif, Fathi al-Sharif, a déclaré mercredi au Times of Israël qu’il pensait que le procès en lui-même était juste, mais que le soldat aurait dû être accusé de meurtre, et pas d’homicide, un chef d’accusation moins sévère.

« La cour a déclaré que c’était un assassinat de revanche pour un autre soldat. Si le sujet est évident pour tout le monde […], pourquoi n’y a-t-il pas eu un verdict juste ? », a-t-il demandé.

« Puisqu’il n’y a pas d’autre tribunal vers qui se tourner en Israël, nous devons nous tourner vers la cour internationale », a-t-il affirmé.

Elor Azaria, le soldat israélien qui a tué un terroriste palestinien à Hébron, devant la cour avant la lecture de son verdict, à la Kirya, à Tel Aviv, le 4 janvier 2017. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Elor Azaria, le soldat israélien qui a tué un terroriste palestinien à Hébron, devant la cour avant la lecture de son verdict, à la Kirya, à Tel Aviv, le 4 janvier 2017. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Mercredi, le tribunal militaire de Tel Aviv a jugé Azaria coupable d’homicide, rejetant l’affirmation de légitime défense du soldat. Azaria risque à présent jusqu’à 20 ans de prison.

Le père d’Abdel Fattah al-Sharif, Yousri al-Sharif, a déclaré qu’ « un verdict juste, selon moi, serait semblable à celui que reçoivent nos fils : la prison à vie, sans libération anticipée. »

« Mais, ici, Israël juge son propre fils. Alors il est possible qu’il se montre clément. C’est normal. Mais nous espérons un verdict équitable, si Dieu le veut », a-t-il dit depuis Hébron.

Yousri al-Sharif, le père d'Abdel Fattah al-Sharif, regarde à la télévision le verdict d'Elor Azaria, le soldat israélien qui a tué son fils, dans sa maison de Hébron, en Cisjordanie, le 4 janvier 2017. (Crédit : Hazem Bader/AFP)

Yousri al-Sharif, le père d’Abdel Fattah al-Sharif, regarde à la télévision le verdict d’Elor Azaria, le soldat israélien qui a tué son fils, dans sa maison de Hébron, en Cisjordanie, le 4 janvier 2017. (Crédit : Hazem Bader/AFP)

L’affaire a été suivie de près par beaucoup de Palestiniens, qui déplorent souvent qu’Israël refuse de juger les crimes de ses soldats. La dernière condamnation d’un soldat israélien pour homicide date d’il y a 12 ans.

Sur la place centrale Ibn Rashd de Hébron, des centaines de personnes étaient présentes, avec des membres de la famille Sharif, pendant que la lecture du verdict.

Un porte-parole a annoncé à la foule que la famille continuerait, avec l’aide des dirigeants palestiniens, à demander une accusation de meurtre contre Azaria devant la cour internationale, selon un article de l’agence de presse palestinienne Maan.

« Notre réponse, en tant que famille, au procès spectacle du meurtrier de notre fils [est de dire] qu’il s’agit d’un procès parodique, comme les autres procès pour meurtre des soldats et des colons [israéliens] contre nos enfants », a déclaré le représentant, dont le nom n’a pas été cité.

Fathi al-Sharif, l'oncle d'Abdel Fattah al-Sharif, déclare après le verdict de culpabilité d'homicide d'Elor Azaria qu'il portera l'affaire de son neveu devant la Cour pénale internationale, à Hébron, en Cisjordanie, le 4 janvier 2017. (Crédit : capture d'écran al-Ghad TV)

Fathi al-Sharif, l’oncle d’Abdel Fattah al-Sharif, déclare après le verdict de culpabilité d’homicide d’Elor Azaria qu’il portera l’affaire de son neveu devant la Cour pénale internationale, à Hébron, en Cisjordanie, le 4 janvier 2017. (Crédit : capture d’écran al-Ghad TV)

Il a ajouté que « nous suivrons nos dirigeants politiques et porterons l’affaire du martyr Abdel Fattah al-Sharif devant la Cour pénale internationale pour poursuivre le soldat israélien raciste, et nous le poursuivrons devant tous les forums internationaux des droits de l’Homme », a-t-il ajouté.

Un porte-parole du gouvernement palestinien, Yousef al-Mahmoud, a déclaré que, suite au verdict, l’Autorité palestinienne demanderait une enquête internationale sur les centaines d’attaquants palestiniens présumés tués par des Israéliens l’année dernière.

« La culpabilité d’un soldat qui a exécuté al-Sharif a été prononcée uniquement parce que le crime a été filmé et transmis aux télévisions pour que le monde entier le voie », a déclaré al-Mahmoud.

L’AFP a contribué à cet article.