Le Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza, a qualifié mardi de « crime contre l’humanité » la fermeture par l’Egypte du terminal frontalier de Rafah, unique accès au territoire palestinien qui ne soit pas contrôlé par Israël.

« L’insistance des autorités égyptiennes à fermer le terminal de Rafah et aggraver le blocus de Gaza, en interdisant l’entrée de carburant, de médicaments et d’aide sans aucune justification, et en empêchant des milliers de patients et de cas humanitaires de voyager et d’accéder à un traitement est un crime contre l’humanité », a affirmé un porte-parole du Hamas, Fawzi Barhoum, dans un communiqué.