Le patron de la Fédération internationale de football, Joseph Blatter, a déclaré mardi qu’aucune sanction ne serait prise contre Israël, accusé par les Palestiniens d’avoir empêché des joueurs arabes de se rendre en Cisjordanie pour y disputer un tournoi de jeunes.

Les Palestiniens avaient appelé la Fifa à suspendre Israël du football internationial l’an passé à la suite de cet incident. Des responsables ont récemment menacé de renouveler leur demande de sanction lors du prochain congrès de la Fifa, qui aura lieu à Sao Paulo en marge du Mondial au Brésil.

« Je sépare la politique et le sport », a déclaré M. Blatter lors d’une conférence de presse donnée à Jérusalem en commun avec le président de la Fédération israélienne de football (IFA) Avi Luzon.

« Je ne sais pas sur quels critères le congrès de la Fifa devrait prendre des sanctions contre l’IFA si elle agit conformément aux statuts et aux règlements de la Fifa. Jusqu’à présent, je n’ai vu aucune entorse au règlement. A partir de là, qui pourrait prendre des mesures contre un bon membre de la Fifa ? Je peux vous dire que votre fédération est un bon membre », a dit le président de la Fifa.

Joseph Blatter a déclaré qu’il avait présenté aux Israéliens et aux Palestiniens un projet d’accord qu’il leur avait demandé de signer lors du congrès de Sao Paulo. Il n’a donné aucun détail sur le contenu du document.

Blatter a rencontré mardi le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu puis Mahmoud Abbas à Ramallah.

Abbas a appelé la Fifa à demander des comptes à l’IFA si cette dernière empêchait les joueurs palestiniens de circuler, une accusation plusieurs fois portée par la Fédération palestinienne de football (PFA) contre Israël.

« Le gouvernement israélien met des obstacles aux activités de la PFA, en violation du droit international et des réglements de la Fifa. Si l’IFA est subordonnée au gouvernement, elle doit rendre des comptes », a dit Abbas.

Israël affirme que les équipements de football sont parfois utilisés par des militants palestiniens pour tirer des roquettes sur les villes israéliennes et que le sport sert à faire de la propagande anti-israélienne.

La Fifa a créé en juillet un groupe de travail chargé de la question israélo-palestinienne.

« (Les deux fédérations) ont obtenu de bons résultats, mais du point de vue des Palestiniens ce n’est pas suffisant », a dit Blatter.