38e jour de l’opération Bordure protectrice – A la fin de la trêve de 72 heures mercredi soir, les parties ont convenu d’une nouvelle période de 5 jours d’accalmie, mais une brève reprise des hostilités a été observée après des tirs de roquettes du Hamas qui ont conduit à des frappes aériennes de Tsahal. Ce matin, cependant, la trêve semble tenir.

Fin du direct

Hezbollah : la demande d’aide du Hamas n’était « pas sérieuse »

Le Hamas n’était « pas sérieux dans son appel au Hezbollah pour l’aide dans la bande de Gaza palestinienne », a dit le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, dans une interview avec le journal libanais Al-Akhbar, dont des extraits ont été publiés hier.

Alors que la signification réelle des mots de Nasrallah ne peuvent être tirés de ces extraits qui ont été publiés (l’interview complète sera publiée aujourd’hui et de demain), ils peuvent indiquer que le Hezbollah chiite, qui a lutté contre les islamistes sunnites aux côtés des forces loyales du président syrien Bashar el-Assad, abrite quelques critiques envers le Hamas, qui a appelé le Hezbollah à ouvrir un nouveau front nord contre Israël au milieu des combats au sud de la bande de Gaza.

Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, lors de son discours rendant hommage aux martyrs du Hezbollah, 16 février 2014 (Crédit : capture d'écran youtube/MTVLebanonNews)

Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, lors de son discours rendant hommage aux martyrs du Hezbollah, 16 février 2014 (Crédit : capture d’écran youtube/MTVLebanonNews)

Toujours dans l’interview, Nasrallah promet que la participation de son organisation en Syrie n’affectera pas ses plans, sans doute violents, pour Israël.

« Ce que nous avons préparé pour Israël n’a pas été affecté par nos actions en Syrie, » dit-il.

Le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah a déclaré qu’il n’y a « pas de lignes rouges » dans la « guerre de la sécurité » avec Israël, a rapporté le quotidien Al-Akhbar.

Il jure également de continuer à « défendre » le sud du Liban et de sa frontière avec la Syrie, indiquant que les paramilitaires de la « résistance » du Hezbollah continueront aux côtés de ses représentants politiques.

Hagel parle de Gaza avec Yaalon

Le Secrétaire américain à la Défense Chuck Hagel a parlé avec le ministre de la Défense Moshe Yaalon sur les efforts pour parvenir à un cessez-le-feu entre Israël et le Hamas. Les deux sont d’accord pour continuer à coopérer sur « le large éventail de questions de sécurité auxquelles fait face les États-Unis et Israël. »

Selon une déclaration faite par le Département américain de la Défense, Yaalon a tenu au courant Hagel sur la trêve temporaire à Gaza qui a été renouvelée pour cinq jours à minuit, le remerciant pour les fonds supplémentaires alloués par Washington pour renforcer le système de défense antimissile Dôme de fer.

Hagel, pour sa part, « a réitéré son soutien aux efforts de médiation de l’Egypte et a souligné l’importance de parvenir à un résultat durable qui assure la sécurité d’Israël et victimes de la crise humanitaire à Gaza. »

Chuck Hagel, ministre de la Défense américain avec son homologue Moshe Yaalon - 8 octobre 2013 (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense/Flash 90)

Chuck Hagel, ministre de la Défense américain avec son homologue Moshe Yaalon – 8 octobre 2013 (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense/Flash 90)

Le service national de B’Tselem à Tsahal supprimé

Le service national au sein du groupe des droits de l’homme B’Tselem a été annulé au milieu des critiques de l’ONG à propos de Tsahal et d’Israël.

Des médias israéliens rapportent que Sar-Shalom Jerby, le chef de l’Administration du service national, a envoyé une lettre bien sentie au directeur de B’Tselem, Hagai El-Ad, dans laquelle il a annoncé que le service national dans l’organisation ne serait plus autorisée.

Jerby écrit que, « à la lumière des activités de l’organisation contre l’État d’Israël et des soldats de Tsahal en Israël et à l’étranger, j’ai décidé de révoquer votre statut d’organe opérationnel autorisé à accepter des volontaires au service national. »

Il dit que la décision a été prise « au cours d’une période pendant laquelle l’Etat d’Israël fait face à la menace de milliers de roquettes et de missiles sur des millions de ses citoyens, et mène une vaste opération pour supprimer la menace sur tous les habitants d’Israël. »

Malaisie : pour un « J’aime Israël » sur Facebook, un étudiant risque la prison

Un étudiant malaisien de 17 ans fait l’objet d’une enquête pour « insurrection » après avoir approuvé un « J’aime Israël » sur Facebook, risquant jusqu’à trois ans de prison en Malaisie, pays musulman très critique de la politique israélienne à l’égard des Palestiniens.

L’adolescent avait cliqué sur « J’aime » pour approuver sur le réseau social Facebook un message indiquant « J’aime Israël » montrant un drapeau de l’Etat hébreu, a indiqué Abdul Rahim Hanafi, chef de la police de l’Etat du Penang (nord), où est établi l’étudiant, selon des médias malaisiens mercredi.

Une enquête pour « insurrection » est en cours contre l’étudiant qui a affirmé avoir accidentellement cliqué sur « J’aime », a indiqué ce responsable. La police enquête par ailleurs sur des menaces de mort contre l’adolescent.

Le responsable de l’Education dans l’Etat du Penang, Osman Hussain, a déclaré jeudi à l’AFP qu’il allait s’impliquer pour tenter de résoudre cette affaire sans la participation de la police.

« C’est simplement un étudiant, je vais essayer de résoudre le problème pacifiquement », a déclaré M. Hussain, sans entrer dans les détails.

L’affaire a suscité de vives critiques sur les réseaux sociaux.

« En appliquant la même logique tordue, tous les Malaisiens utilisant Facebook commettent également une insurrection dans la mesure où Facebook a été créé par un juif », a écrit un internaute dans un message publié sur le portail d’informations populaire Malaysiakini, dénonçant un tel « extrémisme ».

En Malaisie, pays d’Asie du Sud-Est qui n’entretient pas de relation diplomatiques avec Israël, la politique de l’Etat hébreu provoque de vives critiques parmi les musulmans malaisiens, en particulier depuis la guerre à Gaza.

L’enquête pour « insurrection » est le dernier épisode d’une série d’incidents qui suscitent des inquiétudes en Malaisie, pays multi-ethnique où l’intolérance progresse sous un régime dominé depuis des décennies par les musulmans malais, ethnie majoritaire.

Fin juin, la Haute Cour de justice de Malaisie avait rejeté un recours d’un journal catholique, l’édition en langue malaise du Herald, qui réclamait depuis des années le droit d’utiliser le mot « Allah » — mot arabe désignant Dieu dans la langue malaise.

– AFP

« Les habitants du Sud ne peuvent pas accepter des trêves temporaires »

Les résidents du sud d’Israël ne peuvent pas accepter des trêves temporaires qui ne permettent pas un retour « réel » à la vie normale, dit le président du conseil de Sdot Néguev, Tamir Idan.

Idan dit à la radio israélienne que les gens du sud d’Israël vivent encore dans une situation ​​d’urgence depuis plus d’un mois.

Il dit aussi que cette situation incertaine entrave les efforts du conseil pour se préparer à la prochaine année scolaire.

Une vidéo qui fait plus de 42 000 vues en 5 jours

« Quand j’ai vu les manifs violentes de juillet à Paris j’ai ressenti un profond contraste avec notre bien-être ici et ce, malgré la guerre à gaza. On est mieux en guerre en Israel qu’en paix à Paris et j’avais envie de le dire aux juifs français d’une autre façon, » déclare Benjamin Kouby au Times of Israël, un franco-israélien qui s’est installé il y a 5 ans en Israël.

« Cela m’a fait penser à un clip qui mettrait en opposition ces deux mondes, de manière décalée et humoristique. Pour accentuer ce décalage, j’ai choisi une chanson connue, naïve et désuette, chantée par des juifs à une époque où nous n’avions aucun problème à vivre en France et à vivre ensemble. aujourd’hui on ne peut plus chanter cela et Patrick Bruel est même obligé de cacher son sionisme. »

« Est-ce que tu viens pour les vacances ? » s’est très vite imposé. Il y a beaucoup de juifs qui viennent pour les vacances et nous, on aimerait bien qu’ils viennent pour toujours. »

Un ami a écrit les paroles et deux autres ont chanté. Le mixage audio a été fait en studio à Jérusalem et le montage à partir de films pris sur YouTube.

Benjamin Kouby a « laissé volontairement les commentaires antisémites sur YouTube pour augmenter l’impact du clip sur les juifs qui hésitent encore. » [à faire l’alyah]

ADL à la Poste américaine : Ne pas cesser d’envoyer du courrier en Israël

Au milieu des rapports indiquant que les bureaux de poste locaux aux États-Unis refusent d’accepter du courrier à livrer en Israël en raison du conflit dans la bande de Gaza, l’Anti-Defamation League (ADL) des États-Unis exhorte Patrick R. Donahoe de la Postmaster General à prendre « une action rapide » pour assurer le traitement du courrier à destination d’Israël.

L’ADL affirme avoir reçu des plaintes de ces derniers jours des clients dans le Massachusetts, le Michigan et le New Jersey, disant que le service postal des États-Unis n’accepte pas actuellement des livraisons en Israël.

Un membre du Hamas arrêté près de Bethléem

Les forces de sécurité israéliennes arrêtent un membre du Hamas dans la région de Bethléem, en Cisjordanie.

L’homme est arrêté par les troupes de l’élite Duvdevan, unité des forces spéciales de l’armée israélienne dans le village de Beit Ummar, situé au nord-ouest d’Hébron.

L’homme a été emmené pour passer un interrogatoire par les forces de sécurité, dit l’armée israélienne.

Russell Brand fait campagne pour boycotter Israël

Le comédien et acteur britannique a ajouté sa voix à ceux qui appellent au boycott d’Israël à la suite de son opération Bordure protectrice d’un mois dans la bande de Gaza – mais il a franchi une autre étape en allant plus loin dans cette campagne de boycott, en insistant auprès des banques et des fonds de pension de rompre les liens d’investissement avec Israël, en introduisant une campagne en ligne pour faire pression aux plus grandes entreprises pour qu’elles retirent leurs investissements des projets que les « colonies illégales financent. »

Dans le dernier épisode de son émission en ligne « The Trews, » s’adressant à la banque britannique Barclays – quoique avec une pincée d’humour – sur la gestion des portefeuilles de Elbit, une société israélienne de l’électronique de défense, qui, selon les mots de Brand, « fabrique les drones qui bombardent Gaza. »

Accusant la banque Barclays de « duplicité financière calomnieuse, » Brand se moque d’une « charmante, affable » annonce réalisée par la banque pour un service gratuit visant à aider les clients âgés à utiliser Internet, qui, dit-il, masque « sournoisement » la réalité un peu moins affable des investissements de la banque dans des drones israéliens « pour bombarder les gens dépossédés au Moyen-Orient. »

Il présente ensuite une pétition sur le site de la campagne en ligne Avaaz – qui a obtenu plus de 1 666 000 signatures à ce jour – pour « aggraver » Barclays « et plusieurs autres sociétés [et les contraindre à] retirer leur participation financière des entreprises qui appuient et facilitent l’oppression de la population de Gaza. »

Israël confirme la suspension des expéditions de missile des Etats-Unis

Un haut responsable israélien a confirmé les rapports des médias israéliens, à savoir que les Etats-Unis ont suspendu une cargaison de missiles Hellfire à destination d’Israël suscitant un regain de tensions entre les alliés.

La décision de tenir à distance le transfert était très probablement dûe en raison de la tension diplomatique accrue, selon le fonctionnaire, confirmant un article du Wall Street Journal paru plus tôt dans la journée qui indiquent que la Maison Blanche et le Département d’Etat avait été irrité par un transfert d’armes à Israël et avait ordonné une surveillance accrue dans les futures ventes.

Le rapport affirme que les tensions israélo-américaines sont à un niveau record, entre le président américain Barack Obama et le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Les comptes ont suscité un débat interne entre les politiciens israéliens, tandis que d’autres, comme l’ancien ambassadeur des États-Unis, Michael Oren, ont tenté de colmater la brèche.

« Il est vrai que parfois il y a des désaccords, mais il est important de garder les différends dans les coulisses et de ne pas laver son linge sale. Les relations entre le président et le Premier ministre sont essentielles, et il est préférable d’éviter de nuire aux liens », a-t-il dit.

– Marissa Newman

Lapid : Les rumeurs de désaccord avec les États-Unis sont « une mode inquiétante »

Les rumeurs sur la détérioration de la relation entre Washington et Jérusalem sont une  » mode inquiétante », affirme Yair Lapid, ministre des Finances et membre du cabinet de sécurité.

Parlant d’un article du Wall Street Journal qui annonce que les Etats-Unis avaient suspendu une cargaison de missiles Hellfire pour Israël en plein milieu de l’aggravation des frictions sur les combats de Gaza. Lapid affirme : « C’est une mode inquiétante et nous ne pouvons pas lui permettre de continuer. Nos relations avec les États-Unis sont un atout stratégique qui doit être maintenu ».

Il ajoute qu’il a parlé avec le secrétaire d’Etat américain John Kerry et le chef de la majorité au Sénat Harry Reid la semaine dernière pour les remercier « pour les fonds d’urgence qu’ils ont transférés en Israël » pour le système de défense antiroquette Dôme de fer.

« Parfois, nous avons juste besoin de dire merci et faire en sorte que nos relations importantes avec les États-Unis demeurent solides », affirme Lapid.

Le ministre des Finances et président du parti Yesh Atid, Yair Lapid, lors de la réunion de faction du parti, à la Knesset, le 11 mars 2014 (Crédit : Flash 90)

Le ministre des Finances et président du parti Yesh Atid, Yair Lapid, lors de la réunion de faction du parti, à la Knesset, le 11 mars 2014 (Crédit : Flash 90)

Le Commandement de la Défense passive autorise les grands rassemblements

Le Commandement de la Défense passive donne de nouvelles instructions aux civils à la lumière de l’extension du cessez-le-feu de 5 jours.

Il autorise de grands rassemblements dans tout le pays, selon Ynet.

Dans le même temps, il laissera les abris publics anti-bombes ouverts dans les municipalités qui se trouvent à 40 kilomètres ou moins de la frontière de Gaza.

Ces nouvelles instructions sont valables jusqu’à lundi 18 heures, soit six heures avant l’expiration du cessez-le-feu.

Interview du chef du groupe terroriste du Hezbollah libanais

Le dirigeant du Hezbollah, Hassan Nasrallah, connu surtout comme un redoutable chef de guerre, révèle un peu de son intimité en confiant qu’il aime le football, la cuisine libanaise et des séries télévisées arabes.

Dans un rare entretien publié jeudi par Al-Akhbar, quotidien libanais proche du Hezbollah, il indique aussi comprendre l’anglais, parler couramment le persan, lire des livres sur les extrémistes sunnites et dément se claquemurer pour se protéger d’une attaque israélienne.

« Oui, j’aime le football et j’y jouais pour me changer les idées avec des amis avant et après avoir été coiffé » du turban que les religieux chiites portent à la fin de leurs études.

Le dirigeant a précisé que dans le passé il soutenait « le plus souvent le Brésil et parfois l’Argentine, notamment à l’époque de Maradona, car j’aimais bien son jeu ».

« Je n’ai pas pu suivre la dernière Coupe du monde à cause de la situation au Liban, en Syrie, à Gaza et en Irak », a raconté le chef du Hezbollah, qui a tout de même « regardé une partie de la finale ».

« Comme mon fils était avec l’Allemagne, je voulais créer une ambiance de compétition et de suspense, et c’est pour cela que j’ai soutenu l’Argentine », finalement battue 1 à 0 par l’Allemagne.

Cet homme de 53 ans, originaire de Bazouriyé, au Liban-Sud, reconnait qu’il doit changer souvent de lieu mais nie vivre terré. « Changer d’endroit et s’installer ailleurs fait partie de ma vie et c’est devenu naturel surtout depuis (la guerre contre Israël de) 2006 ».

« Les Israéliens, aidés par des médias arabes, véhiculent l’idée que je vis dans un bunker, totalement reclus (…) Mais en réalité je ne vis pas dans un bunker », dit-il.

« Des mesures de sécurité signifient que mes mouvements doivent rester secrets mais cela ne m’empêche pas totalement de bouger et de voir ce qui se passe autour de moi. Le seul problème est qu’il ne faut pas que les autres me voient », explique-t-il encore.

Le chef du Hezbollah, le cheikh Hassan Nasrallah s'adressant à la foule à Beyrouth au Liban, décembre 2011 (Crédit : AFP Photo/al-Manar TV)

Le chef du Hezbollah, le cheikh Hassan Nasrallah s’adressant à la foule à Beyrouth au Liban, décembre 2011 (Crédit : AFP Photo/al-Manar TV)

Ce dirigeant chiite, qui a pris la tête du Hezbollah à l’âge de 32 ans, aime la cuisine arabe, notamment la mouloukhiya (plat à base de corète potagère), la moujaddara (plat à base de lentilles avec du riz) et le poisson.

« Mais aujourd’hui je mange ce qui est facile à préparer, comme les soldats sur le front ».

Ce père d’une fille et de quatre garçons, dont un est mort en 1997 en se battant contre les forces israéliennes, n’utilise pas Facebook « pour des raisons de sécurité » mais suit ce qui se dit sur les réseaux sociaux.

Hassan Nasrallah aime les séries télévisées ayant un thème nationaliste ou islamique.

« En terme de culture, je lis des livres sur le tafkir (extrémisme religieux sunnite). Avant 2006, mes lectures se concentraient sur Israël. Je lisais des biographies de généraux, de politiciens », a-t-il également déclaré.

– AFP

Plus de 600 Palestiniens arrêtés à Jérusalem-Est depuis début juillet

La police israélienne a annoncé avoir arrêté 52 Palestiniens dans la nuit de mercredi à jeudi à Jérusalem-Est, occupée et annexée par Israël, portant à plus de 600 le nombre de Palestiniens arrêtés depuis début juillet dans la ville.

Jérusalem, notamment sa partie orientale, est régulièrement secouée par des violences depuis l’assassinat début juillet d’un jeune Palestinien de Jérusalem-Est brûlé vif.

Le porte-parole de la police israélienne, Micky Rosenfeld, a affirmé à l’AFP que 175 mineurs figuraient parmi les personnes arrêtées, ajoutant que « les opérations de la police se poursuivaient ».

Les Palestiniens ont été arrêtés « pour la majorité des cas pour avoir jeté des pierres ou des cocktails molotov sur des patrouilles de police à Jérusalem-Est », a précisé M. Rosenfeld. Certains ont été placés en résidence surveillée, d’autres ont été libérés dans l’attente de leur jugement, a-t-il poursuivi.

De son côté, le Club des prisonniers palestiniens a dit avoir recensé « 1 650 Palestiniens arrêtés à Jérusalem et en Cisjordanie », tandis que le centre Moussawa, une ONG qui défend les droits des Arabes israéliens, a indiqué que « plus de 600 » d’entre eux avaient été arrêtés depuis la mi-juin.

Le directeur du centre Moussawa, Jaafar Farah, a en outre affirmé à l’AFP que « pour la première fois » en Israël, « la police amène les jeunes par groupes devant la justice, et les juges acceptent cela, refusant d’examiner leur dossier au cas par cas ».

– AFP

L’ancien ministre de la Défense dément une crise avec les Américains

Il n’y a pas de crise de fond entre Israël et les Etats-Unis, affirme l’ancien ministre de la défense Moshe Arens.

Moshe Arens (Crédit : Miriam Alster/Flash 90)

Moshe Arens (Crédit : Miriam Alster/Flash 90)

Et que dire de l’envoi de missiles Hellfire, qu’Israël a demandé et que Washington a suspendu, dans un geste apparent de faire pression sur Jérusalem sur l’opération de Gaza ? « Il va arriver », dit-il au Times of Israel.

– Raphaël Ahren

Herzog affirme que le gouvernement a « perdu son bon sens »

Dans le sillage des reportages relatifs aux nouvelles tensions entre Obama et Netanyahu, le chef de l’opposition, Isaac Herzog, dit que « le gouvernement d’Israël a complètement perdu son sens politique », rapporte Ynet.

« Chaque jour, un autre front contre nos amis dans le monde est ouvert. »

« Nous ne sommes pas d’accord avec les États-Unis sur tous les sujets, » poursuit-il.

« Il y a des questions essentielles dont Israël a la pleine décision, et il y a des questions de style et de protocole. Ce gouvernement en manque régulièrement ».

Isaac Herzog (Crédit : Flash 90)

Isaac Herzog (Crédit : Flash 90)

Pas de commentaires sur la suspension d’armes américaines

Le bureau de Netanyahu n’a toujours pas répondu à un rapport du Wall Street Journal disant que les Etats-Unis avaient suspendu une cargaison de missiles Hellfire à Israël au milieu de l’aggravation des liens plus des combats dans la bande de Gaza.

Le document indique également que Washington a augmenté son contrôle sur les transferts d’armes à destination d’Israël après que l’administration a été choquée de découvrir à la fin du mois de juillet que le Pentagone fournissait à l’Etat juif des munitions pour la guerre sans que la Maison Blanche et ou le secrétariat d’État soient mis au courant.

S’adressant aux médias américains, le porte-parole du bureau du Premier ministre, Mark Regev, dit qu’il est naturel que les livraisons d’armes soient traitées entre le ministère de la Défense et le Pentagone, et qu’il n’y a pas d’allégations selon lesquelles Israël a fait quelque chose de mal dans ce domaine.

Bennett appelle à la fin des négociations sur la bande de Gaza

Avant d’entrer dans la réunion du cabinet de sécurité de cet après-midi, le ministre de l’Economie Naftali Bennett dit qu’Israël devrait « arrêter ces négociations inappropriées, et aller vers un mouvement unilatéral contre le Hamas, ouvrir les points de passage aux biens humanitaires à Gaza, et répondre avec une force disproportionnée par rapport à tous les cas de tirs sur les communautés du sud », rapporte Ynet.

Naftali Bennett lors de la "Conférence pour la paix" organisée par le quotidien Haaretz à Tel Aviv, mardi 8 juillet 2014 (Crédit : Flash90)

Naftali Bennett lors de la « Conférence pour la paix » organisée par le quotidien Haaretz à Tel Aviv, mardi 8 juillet 2014 (Crédit : Flash90)

La télévision du Hamas diffuse un clip sur la fabrication des roquettes

Al-Aqsa TV, la chaîne du Hamas, a diffusé des images hier sur la fabrication de roquettes M-75 dans la bande de Gaza. Le reportage indique que le clip a été tourné le 7 août.

« Yaalon nous menace avec une offensive terrestre », explique le porte-parole du Hamas Abu Obeida dans la vidéo, selon une traduction du MEMRI. « Nous lui répondons : vous nous menacez de quelque chose que nous avons anticipé, fils de Juif ? »

« L’ennemi doit savoir que nous avons déjà remplacé les équipements et les munitions que nous avons perdus pendant la guerre ».

« Votre leadership défaitiste a affirmé avoir détruit notre capacité [à tirer] des roquettes », explique un membre du Hamas.

« Toutefois, en dépit de l’agression, notre fabrication continue – de l’atelier au champ de bataille ».

Rassemblement israélien à Tel Aviv en solidarité avec le Sud

Des Israéliens se rassemblent sur ​​la place Rabin de Tel Aviv pour un rassemblement de solidarité avec les habitants du sud d’Israël.

Les organisateurs disent qu’il ne s’agit pas d’un rassemblement politique, mais plutôt une demande pour la paix et la tranquillité pour les communautés situées le long de la frontière de Gaza.

En plus de discours des dirigeants politiques et ses résidents du Sud, un certain nombre de groupes joueront lors de l’événement.