Alors que les autorités israéliennes continuent de fermer les yeux devant la massive fraude aux options binaires qui se déroule dans leurs frontières, les Etats-Unis et la France ont pris des mesures contre plusieurs entreprises d’options binaires israéliennes. Les régulateurs français ont décrit l’industrie comme « très risquée et très dangereuse ».

La semaine dernière, l’Autorité des marchés financiers (AMF), l’autorité des titres française, a interdit à 24Option, une grande entreprise ayant des bureaux à Ramat Gan, d’opérer en France. Depuis lundi, la compagnie, qui est régulée à Chypre sous le nom de Rodeler Ltd. et agit depuis Israël sous le nom de Betamedia, n’a pas le droit de solliciter des clients vivant en territoires français.

Dans un communiqué de presse date du 29 juillet, l’AMF a déclaré avoir pris sa décision parce que Rodeler Ltd. n’a pas fourni d’informations précises à ses clients, n’a pas agi honnêtement et justement, et n’a pas agi dans le meilleur intérêt des clients français.

Sur la base des informations collectées sur 24Option, l’AMF a décidé que les transactions de la compagnie n’étaient « pas en accord avec la balance de risque et d’opportunité », a déclaré au Times of Israël Caroline Leau, porte-parole de l’AMF.

« Ils se présentent comme un moyen de gagner de l’argent facilement, mais ce n’est pas un jeu. C’est une affaire très risquée et très dangereuse », a-t-elle dit.

Stand de recrutement de BetaMedia dans un salon de l'emploi pour multilingues à Tel Aviv. (Crédit : capture d'écran Facebook)

Stand de recrutement de BetaMedia dans un salon de l’emploi pour multilingues à Tel Aviv. (Crédit : capture d’écran Facebook)

Le Times of Israël a ces derniers mois détaillé la fraude massive des compagnies d’options binaires israéliennes, en commençant en mars par un article intitulé « Les loups de Tel Aviv ». Les entreprises frauduleuses prétendent guider leurs clients pour des investissements lucratifs à court terme, mais utilisent en fait différentes ruses, dont la manipulation de plate-formes de transactions faussées, pour simplement voler l’argent de leurs clients. »

L’Autorité des titres israéliennes a maintenant interdit aux entreprises d’options binaires locales de cibler des Israéliens, mais elles sont toujours libres de chercher des clients à l’étranger. Il y a plus de 200 établissements qui agissent en Israël pour escroquer les clients de milliards de dollars par an, selon diverses estimations.

Leau, qui ne pouvait pas confirmer les noms des propriétaires de 24Option, a déclaré que la décision de l’AMF n’était pas le résultat d’une coopération avec les autorités israéliennes.

« C’est une décision purement européenne basée sur des règles européennes », a déclaré Leau, expliquant que les régulations de l’Union européenne permettent aux états membres de pénaliser les entreprises régulées par des autorités des titres de d’autres pays de l’Union. 24Options est régulée par la Commission des échanges et des titres de Chypre. A cet égard, « Israël n’est pas concerné », a-t-elle ajouté.

Le siège de l'AMF à Paris (Crédit : autorisation)

Le siège de l’AMF à Paris (Crédit : autorisation)

Selon une récente enquête sous couverture de l’AMF, près de 100 % des clients des compagnies régulées à Chypre perdent tout leur argent. Les conclusions de l’enquête, décrite pendant une conférence de presse en avril 2015, montrent qu’au final, les entreprises ne se conforment pas aux régulations chypriotes, et que Chypre ne fait pas appliquer correctement ses régulations.

D’autre part, le 28 juillet, une cour fédérale américaine a ordonné à deux entreprises d’options binaires israéliennes, Vault Options Ltd. et Global Trader 365, de payer plus de 4,5 millions pour solliciter illégalement et escroquer les clients américains. Les deux entreprises devront payer trois millions de dollars de sanctions pécuniaires civiles, ainsi que 1,6 million de dollars en restitution à leurs clients arnaqués.

Le tribunal a jugé que non seulement ces deux entreprises sollicitent des clients américains sans licence, mais ont délibérément escroqué leurs clients d’au moins 1,6 million de dollars dans 22 états.

Les compagnies promettaient à leurs clients qu’ils feraient des bénéfices importants, quand en fait la majorité des clients de Vault et GT 365 perdaient la plupart de leur argent, a déclaré la cour. Les entreprises ont également menti à leurs clients en disant que leurs fonds étaient assurés contre les pertes, n’ont pas répondu aux appels et aux emails des clients, et ont finalement volé leur argent.

La Commission de régulation des marchés à terme américaine, la CFTC, a remercié l’Autorité des titres israélienne (ISA) pour son aide dans l’enquête contre les deux entreprises. Une porte-parole de l’ISA, qui affirme qu’elle ne dispose pas de l’autorité pour réprimer la fraude perpétrée par des compagnies en Israël contre des victimes à l’étranger – cette interprétation de son mandat est contestée, a déclaré qu’elle ne préciserait pas quelle aide l’ISA avait fournie.

Les sites internet de Vault Options et de Global Trader 365 ont été fermés.

Beaucoup d’autres entreprises d’options binaires israéliennes continuent cependant de solliciter des Américains, en contrevenant à la loi américaine.

Selon Andrew Saks-McLeod, de la publication spécialisée Finance Feeds, 20 des 41 compagnies figurant sur la liste rouge de la CFTC sont en Israël.