Le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve va présenter un plan mercredi pour traiter de la question des Français partis en Syrie combattre aux côtés de groupes djihadistes, a indiqué mardi le chef de la diplomatie française Laurent Fabius, estimant leur nombre à quelque 500 personnes.

« Beaucoup d’actions ont déjà été menées. Notre action consiste à prendre les choses depuis l’amont jusqu’à l’aval. L’amont, c’est déceler tous ceux, en particulier les jeunes, qui sont portés vers cette dérive tragique. Cela suppose une cyber-surveillance parce que beaucoup de choses se font sur internet », a expliqué Laurent Fabius sur la radio RTL.

« Et puis, a-t-il poursuivi, il y a toute une série de dispositions à prendre pour ceux qui passent en Syrie, pour freiner, empêcher ce passage, et puis il y a ce qui se passe là-bas et la question du retour et de la réintégration ».

M. Fabius n’a pas donné plus de détails sur ce plan d’action qui sera présenté par son collègue de l’Intérieur en conseil des ministres.

M. Fabius a de nouveau dit que certains djihadistes qui retenaient en otages les quatre journalistes français libérés en fin de semaine, parlaient français.

« Une partie de ceux qui les ont détenus parlaient français. On ne peut pas aller au-delà dans la mesure où beaucoup d’entre eux portaient des masques », a-t-il déclaré.

Selon le ministre, ce départ de Français vers la Syrie n’est pas « une situation nouvelle » mais il y a des « différences » car « les gens partent plus nombreux et ils sont plus jeunes. Toute une série de mesures ont été prises et vont êtres prises », a-t-il ajouté.