Il s’agit de « deux femmes et de deux hommes qui ont incarné les valeurs de la France quand elle était à terre », a déclaré le chef de l’Etat lors d’une cérémonie au Mont-Valérien, près de Paris, où furent fusillés plus de mille résistants et otages pendant l’occupation allemande.

Les quatre personnalités choisies par le président français sont l’ethnologue Germaine Tillion et une nièce du général Charles de Gaulle, Geneviève de Gaulle-Anthonioz, ainsi que l’un des dirigeants de la Résistance, Pierre Brossolette, et un homme politique assassiné en juin 1944 par des miliciens, Jean Zay.

« J’ai voulu que ce soit l’esprit de Résistance qui puisse être salué » et « autant d’exemples pour la Nation », a souligné M. Hollande, en précisant que leur entrée au Panthéon aurait lieu le 27 mai 2015, « lors de la journée nationale de la Résistance ».

Ces quatre figures « ont permis par leur courage ou leur génie à la France d’être la France », et même « au-delà de la France », a insisté le président, s’adressant « à tous les peuples qui se battent encore aujourd’hui pour leur liberté ».

François Hollande a choisi deux femmes aussi « pour rappeler la contribution de toutes celles, anonymes le plus souvent, qui ont fait partie de l’armée des ombres ».

Germaine Tillion, ethnologue et résistante, Geneviève de Gaulle-Anthonioz, ancienne présidente de l’ONG ATD quart Monde, sont « deux survivantes qui ont connu le martyre de la déportation ». La première, « l’une des premières à lutter pour l’émancipation du peuple algérien » et « fut aussi une grande scientifique », la seconde incarne « la fraternité », a-t-il rappelé.

Le journaliste résistant Pierre Brossolette représente « la liberté », et Jean Zay, qui fut ministre de l’Education sous le Front populaire, assassiné en juin 1944 par des miliciens, c’est « l’école de la République », a souligné le président.

L’annonce a été faite soixante-dix ans jour pour jour après que 22 membres du Groupe de Missak (dit Michel) Manouchian (1906-1944) furent fusillés au Mont-Valérien, en refusant d’avoir les yeux bandés, par les nazis.

M. Hollande avait hâte de faire entrer des femmes au Panthéon qui n’en compte pour l’instant que deux sur 71 grandes figures que la France d’après la Révolution a voulu honorer: la physicienne Marie Curie et Sophie Berthelot. Cette dernière n’y figure d’ailleurs qu’en qualité d’épouse du chimiste Marcellin Berthelot.

Le site du Mont-Valérien, à l’ouest de Paris, est visité chaque année par 20 000 personnes qui peuvent voir les graffitis de résistants sur les murs de la chapelle où les condamnés à mort étaient enfermés avant leur exécution.

Ce fut le principal lieu d’exécution en France utilisé par l’armée allemande entre le 1er janvier 1941 et le 15 juin 1944.