L’essor du tourisme en Israël a été abruptement stoppé par la guerre dans la bande de Gaza qui a fait reculer le nombre de visiteurs de 26 % en juillet par rapport à 2013, a indiqué le ministère du Tourisme.

Le nombre de 218 000 visiteurs enregistrés le mois dernier est le plus bas pour un mois de juillet depuis 2007, selon le Bureau central des statistiques, cité dans un communiqué par le ministère.

Sur ces 218 000, 194 000 étaient des touristes passant plus d’une nuit dans le pays, les autres étant des visiteurs d’un jour, débarqués de bateaux de croisière ou franchissant la frontière des pays voisins pour se rendre sur des sites religieux ou sur la Mer morte.

Le coup d’arrêt du mois de juillet n’a pas empêché que le nombre de visiteurs (2,1 millions) augmente de 4 % entre janvier et juillet comparé à la même période de 2013, grâce à la progression des premiers mois de l’année.

Des campagnes de promotion internationales sont en cours d’élaboration pour faire venir les touristes, a dit le ministre du Tourisme Uzi Landau. « Israël se prépare pour le jour d’après », dit-il dans le communiqué de ses services.

Les touristes sont attirés en Israël par la ville de Jérusalem, les sites religieux ou archéologiques, le soleil ou les séjours sur la Mer morte ou la Méditerranée. Les touristes américains étaient les plus nombreux en 2013, selon le ministère.

L’industrie touristique israélienne emploie environ 100.000 personnes directement et environ 200.000 indirectement, soit 6% de la population active, selon le ministère.

L’industrie touristique représente moins de 3 % du Produit national brut, selon des chiffres du ministère des Affaires étrangères.