Le ministère des Affaires étrangères a fait savoir mardi qu’il retiendrait les permis de travail de milliers d’ouvriers chinois du secteur de la construction dans le cadre d’un conflit en cours qui l’oppose au ministère des Finances.

Dans un courrier, le syndicat des employés du ministère a fustigé le Trésor pour avoir mis en oeuvre un programme prévoyant la venue dans le pays de milliers d’ouvriers pour soulager la crise du logement alors qu’il a échoué à résoudre leurs propres problèmes de salaire et de conditions de travail médiocres.

Le corps diplomatique avait organisé une grève générale pour des raisons somilaires en 2014. Ce débrayage qui avait duré deux semaines et qui avait frappé les ambassades et les consulats du pays dans le monde entier avait pris fin grâce à la signature d’un accord avec les responsables du ministère des Finances qui redéfinissait à la hausse les salaires et les conditions de travail des diplomates israéliens.

Toutefois, affirment ces derniers, le ministère des Finances n’a toujours pas appliqué de vastes pans de cet accord, ce qui a entraîné la crise actuelle.

“Ce nouveau projet exige des fonds, de la main-d’oeuvre et des indemnisations appropriées. Nous avons donc conseillé à nos personnels de ne pas le mener à bien », indique la lettre du syndicat du ministère des Affaires étrangères.

Les employés du ministère des Affaires étrangères ont accepté de ne pas lancer un autre mouvement de grève avant le résultat des négociations menées avec le ministère des Finances. Ils affirment toutefois que peu de progrès ont été réalisés jusqu’à présent.

Ce dernier mouvement de protestation menace d’interrompre la mise en oeuvre d’un accord entre Israël et la Chine, passé au début de l’année, qui prévoyait l’arrivée au sein de l’état juif de 6 000 ouvriers fin février.

Les coûts du logement en Israël n’ont cessé d’augmenter excessivement depuis 2008, selon les données transmises par la Banque d’Israël, ce qui vient significativement affecter le coût de la vie, entraînant une série de manifestations de rue en 2011. Au mois d’août, un rapport gouvernemental a montré que les prix des appartement ont augmenté de 8 % en un an, suscitant de vives critiques de la part du ministère des Finances.

Presque 9 000 ouvriers étrangers oeuvrant dans le secteur de la construction travaillent en Israël, tous originaires d’Europe de l’est. La moitié d’entre eux est là sous les termes d’accords bilatéraux, selon le ministère de l’Intérieur.

Le ministère fait savoir que ces accords permettent aux travailleurs étrangers de bénéficier des droits et d’être protégés hors du cadre des entreprises privées de main-d’oeuvre dont les commissions sont élevées et qui exploitent les travailleurs.

L’AFP a contribué à cet article.