Les Pays-Bas ont réduit la pension d’une survivante de la Shoah qui a récemment immigré en Israël parce qu’elle a choisi de vivre en Cisjordanie, a révélé jeudi la Deuxième chaîne.
 
La nonagénaire, survivante néerlandaise de la Shoah identifiée dans le reportage comme D., recevait une pension mensuelle d’environ 1 100 euros (4 300 shekels) du gouvernement néerlandais. Elle a immigré en Israël ces derniers mois en raison de la flambée récente des attaques antisémites, a dit son fils à la chaîne.

Depuis, elle ne reçoit plus que 740 euros (3 200 shekels), soit une réduction de près de 35 %, en plus de ce qu’elle reçoit du gouvernement israélien au titre de survivante de la Shoah.

« Elle a obtenu une lettre qui disait :  » Chère madame, étant donné que vous êtes allée vivre en Cisjordanie et nous n’avons pas d’accord avec cette région, nous sommes dans l’obligation de déduire une grande quantité de votre allocation vieillesse » selon le fils de la vieille dame, qui vit dans une implantation de Cisjordanie non mentionnée près de Modiin.

« Cela a tellement frappé ma mère qu’elle a commencé à pleurer. Elle n’a pas dormi depuis lors, elle a perdu toute confiance. Elle veut retourner à l’étranger, » a raconté l’homme, dont la voix a été modifiée à la télévision et dont le visage n’est pas apparu à l’écran.

Le journaliste a précisé que la famille se battait contre la décision du gouvernement néerlandais.

« Il s’agit d’une loi votée par le gouvernement néerlandais » a ajouté le fils.

« Cela a affecté ma mère de façon catastrophique ; j’ai été personnellement choqué, ma famille a été choquée. C’est incroyable. Ils punissent une femme de 90 ans parce qu’elle a immigré en Israël et parce que ce sont les Territoires et qu’elle vit dans l’Etat d’Israël… et ceci est de quoi elle vit. Je veux dire, c’est sa pension. Comment est-ce possible ?  »

La chaîne n’a pas publié de réaction des autorités néerlandaises.