La Jordanie a approuvé lundi la création d’un bureau à Amman qui ferait figure d’ambassade pour représenter l’opposition syrienne.

Le même jour, l’ambassadeur syrien officiel a été expulsé et déclaré persona non grata dans le royaume hachémite.

Le nouveau bureau sera une « ambassade ou un bureau de représentation » a fait savoir le site de news de langue arabe Zaman Al Wasl.

Mohamed Almrouh, issu de la ville de Homs, déchirée par la guerre, vient d’être nommé ambassadeur. Né en 1978, Almrouh serait membre du Conseil du commandement de la Révolution.

Le même jour, la Jordanie a expulsé l’ambassadeur syrien Bahjat Suleiman d’Amman.

« La décision [d’expulser l’ambassadeur syrien] vient après plusieurs insultes de Suleiman envers la Jordanie et à son leadership, à ses institutions et à ses citoyens, à travers ses écrits » a indiqué le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Sabah Rafi, d’après un rapport de l’agence gouvernementale Petra.

Suleiman a été déclaré persona non grata et a 24 heures pour quitter le pays.

En réponse, les chargés d’affaires jordaniens à Damas ont été priés eux aussi de quitter le pays sous les 24 heures.

Les relations entre la Jordanie et la Syrie ont commencé à se détériorer après le début de la guerre civile syrienne en 2011 visant à renverser le président Bashar al-Assad.

En plus d’accueillir, selon les estimations, plus d’un million de réfugiés fuyant les combats, la Jordanie est devenue aussi une voie de ravitaillement pour les armes et les ressources soutenant la cause des rebelles.