La Jordanie a demandé vendredi à Israël de « rouvrir immédiatement » la mosquée d’Al-Aqsa à Jérusalem que les forces de sécurité israéliennes ont fermée après que des hommes armés arabes ont tué deux policiers israéliens dans la ville sainte.

La Jordanie est le gardien du complexe dans Jérusalem-Est et a dénoncé à plusieurs reprises ce qu’elle dit être des violations des règles sur le troisième site le plus saint de l’islam.

« Israël doit rouvrir immédiatement la mosquée Al-Aqsa et le Haram al-Sharif », a déclaré Mohamed Momani, porte-parole du gouvernement jordanien, qui est également ministre de l’information.

Il a ajouté dans un communiqué publié par l’agence de presse officielle Petra qu’Israël doit « s’abstenir de prendre une mesure visant à changer le statu quo historique » de Jérusalem ou de la mosquée Al-Aqsa.

Dans un geste inhabituel, les forces de sécurité israéliennes ont fermé le site après que trois Israéliens arabes ont ouvert le feu contre la police à Jérusalem, tuant deux gardes-frontières druzes.

Les terroristes ont fui mais ont été abattus sur le site connu des musulmans comme le Haram al-Sharif – qui comprend la mosquée Al-Aqsa et le Dôme du Rocher – et aux Juifs comme mont du Temple.

« La Jordanie rejette toute attaque contre les droits des musulmans », a déclaré M. Momani.

La fermeture de la mosquée sur la journée hebdomadaire des prières signifiait que les fidèles devaient prier à l’extérieur.

Les fidèles musulmans prient dans une rue aux abords de la porte des Lions, à proximité du mont du Temple, le 14 juillet 2017, après que trois terroristes israéliens arabes ont tué deux agents de police  (Crédit :  AHMAD GHARABLI/AFP PHOTO)

Les fidèles musulmans prient dans une rue aux abords de la porte des Lions, à proximité du mont du Temple, le 14 juillet 2017, après que trois terroristes israéliens arabes ont tué deux agents de police (Crédit : AHMAD GHARABLI/AFP PHOTO)