Le gouvernement jordanien a assuré dimanche avoir pris les mesures nécessaires pour « protéger la Jordanie de tout danger » et appelé la population à ignorer « les rumeurs » faisant état de menaces alors qu’Amman a rejoint la coalition anti-djihadistes.

Des analystes avaient récemment prévenu que la Jordanie prenait des risques de représailles en participant aux côtés des Etats-Unis aux frappes contre les groupes extrémistes en Irak et en Syrie, deux pays voisins du royaume hachémite.

Les autorités « suivent de très près l’évolution de la situation dans plusieurs Etats voisins, et les mesures de précaution nécessaires ont été prises pour contrôler les frontières et protéger la Jordanie de tout danger », a indiqué le gouvernement dans un communiqué repris par l’agence officielle Petra.

Le gouvernement appelle les Jordaniens à « ne pas tenir compte ou propager des rumeurs faisant état de menaces à la sécurité dans certains lieux publics dans la capitale ou ailleurs ». « Ces rumeurs, mêmes si elles sont infondées, sont prises très au sérieux », précise-t-il.

Le ministre de l’Intérieur Hussein al-Majali a assuré qu’il n’y avait « pas de véritable menace directe pour la Jordanie ».

Le roi Abdallah II avait promis jeudi que son pays continuerait à « déployer tous les efforts pour lutter contre le terrorisme, cerner les terroristes et assécher leurs sources » de financement.