Le Parquet d’Augsbourg a annoncé mercredi avoir levé la saisie sur plus d’un millier d’œuvres d’art retrouvées chez l’octogénaire Cornelius Gurlitt, dont certaines sont issues de spoliations menées sous le régime nazi.

M. Gurlitt, 81 ans, avait trouvé un accord lundi avec l’Etat fédéral allemand et l’Etat régional de Bavière pour restituer les œuvres volées par les nazis à leurs ayants droit qui devront cependant être identifiés dans un délai d’un an.

Dans le cadre de cet accord, le Parquet d’Augsbourg a indiqué dans un communiqué lever la saisie prononcée il y a plus de deux ans après la découverte du « trésor » dans l’appartement de l’octogénaire à Munich.

« Au moment où la collection entière avait été saisie, le Parquet d’Augsbourg était convaincu de la légalité de cette mesure », a-t-il précisé.

Mais « de nouvelles informations apparues au cours de la procédure d’enquête » lui ont permis de « réévaluer la situation légale » des œuvres.

La justice allemande a néanmoins précisé que l’enquête pour fraude fiscale sur M. Gurlitt, à l’origine de la découverte des œuvres, se poursuivait.

Il y a deux ans, ce fils d’un marchand d’art au passé trouble sous le IIIème Reich s’était vu confisquer des tableaux ayant appartenu à son père par la justice allemande dans le cadre d’une enquête pour fraude fiscale.

L’avocat du vieil homme, Tido Park, a indiqué mercredi à l’AFP que la levée de la saisie sur les œuvres allait « renforcer la réhabilitation » de son client.

« C’est un bon jour pour Cornelius Gurlitt », a-t-il ajouté.