Les députés ont voté mercredi le budget biannuel de 906 milliards de shekels pour 2017 et 2018, pendant une session marathon à la Knesset.

Le budget de deux ans a été facilement voté en deuxième et troisième lectures, les députés de la coalition étant massivement présents, ce qui renforce les chances de stabilité du gouvernement pour les deux prochaines années. Soixante-trois des 120 députés de la Knesset ont voté le budget, et 50 s’y sont opposés.

« Aujourd’hui, je suis fier de vous présenter un autre budget et une économie israélienne forte, robuste, stable et en croissance », a déclaré à la plénière le ministre des Finances, Moshe Kahlon, selon la Deuxième chaîne. Il s’agit d’un « budget social et sans préjugé. Un budget pour aider et assister toute la population. »

Le budget est de 446 milliards nets de shekels pour 2017 et 460 milliards nets pour 2018, avec 87 milliards de shekels supplémentaires en dépenses tributaires du revenu.

Session plénière de la Knesset, le 17 juin 2015. Illustration. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Session plénière de la Knesset, le 17 juin 2015. Illustration. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Selon les derniers chiffres publiés par la commission des Finances de la Knesset mardi, tels qu’ils ont été approuvés pour la dernière lecture, le budget du ministère de la Santé est de 33 milliards de shekels pour 2017 et 35 milliards pour 2018, avec 10 milliards de shekels supplémentaires par an pour les hôpitaux publics ; le budget du ministère de l’Éducation, qui n’est dépassé que par celui de la Défense, a été établi à 57 milliards de shekels pour 2017 et 59,4 milliards pour 2018 ; le budget de la Défense est de 70 milliards de shekels par an et le montant alloué aux services religieux oscillera entre 640 et 660 millions de shekels par an.

L’un des ministères qui a vu son budget augmenter est celui des Transports, avec un budget annuel de 19 milliards de shekels pour 2017 et 19,5 milliards de shekels pour 2018. Le budget est augmenté par une hausse de 50 % des investissements dans les transports en commun par rapport à 2016. Ces fonds doivent financer la construction de nouvelles lignes de tramway à Tel Aviv, ville la plus densément peuplée du pays, où seulement 20 % des habitants utilisent les transports en commun. Le gouvernement va également valider une nouvelle ligne de tramway à Jérusalem, une extension du métro de Haïfa, une nouvelle ligne de train entre Haïfa et Nazareth, ainsi qu’une autre entre Hadera et Lod.

Cette semaine, le cabinet a approuvé une coupe budgétaire de 1,2 milliard de shekels dans le budget 2017-2018 afin de financer la relocalisation de l’avant-poste d’Amona, d’établir la nouvelle entreprise de radiodiffusion publique et de construire de nouvelles écoles dans les communautés ultra-orthodoxes. Ces coupes effectuées dans les budgets des ministères de l’Éducation, de la Santé et des Affaires sociales figureraient parmi les mesures d’austérité approuvées par les ministres lors du vote. Ces réductions seront partiellement couvertes par la croissance modeste approuvée jeudi des budgets pour 2017 de l’Education, des Affaires sociales et de l’Assurance nationale.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, au centre, pendant la réunion hebdomadaire du cabinet dans ses bureaux, à Jérusalem, le 18 décembre 2016. (Crédit :Marc Israel Sellem/Pool)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, au centre, pendant la réunion hebdomadaire du cabinet dans ses bureaux, à Jérusalem, le 18 décembre 2016. (Crédit :Marc Israel Sellem/Pool)

Le ministère des Finances a indiqué que les fonds épargnés permettraient également de couvrir en partie les coûts des bus publics blindés en Cisjordanie, l’emploi des travailleurs palestiniens en Israël et les différents accords de coalition conclus depuis la première proposition de budget, notamment les fonds demandés par Yisrael Beytenu quand le parti a rejoint la coalition en mai.

Mercredi, un organisme-cadre représentant les municipalités israéliennes a enclenché un mouvement de grève nationale pour protester contre les coupes budgétaires. Elles estiment que ces coupes entraîneront pour les autorités locales des pertes de centaines de millions de shekels pour des services locaux comme le ramassage des ordures et l’entretien des écoles. Les lycées et les jardins d’enfants, ainsi que certains bureaux des municipalités ont été fermés dans plusieurs villes du pays, et d’autres services de base des municipalités ont été arrêtés mercredi dans le cadre de cette grève illimitée. Des progrès ont été faits dans l’après-midi de mercredi, et la grève devrait prendre fin jeudi.

Les critiques de l’opposition sur le budget portent principalement sur les coupes budgétaires de dernière minute approuvées par le cabinet.

Shelly Yachimovich, députée de l'Union sioniste, en mars 2013. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Shelly Yachimovich, députée de l’Union sioniste, en mars 2013. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

« Toutes les choses positives qu’a fait le ministre des Finances ont été effacées dès lors qu’il y a eu ces coupes budgétaires », a déclaré mardi la députée de l’Union sioniste Shelly Yachimovich. Yachimovich a critiqué la décision d’appliquer les coupes de manière identique à tous les ministères afin d’éviter les combats politiques entre les ministres, et a décrit la décision comme « paresseuse », « stupide », « aveugles », « une guillotine qui tombe d’un coup ».

« Les coupes budgétaires générales tombent sur tous les ministères d’un coup, et ne permettent pas d’étudier le sujet pour savoir où vous pouvez réduire et où vous ne pouvez pas », a-t-elle déclaré.

Le député Manuel Trajtenberg, du même parti, économiste remarqué qui a était un des principaux conseillers économiques de Netanyahu, a également critiqué cette mesure mercredi.

« Les coupes budgétaires générales font partie de l’arnaque qu’est la taxation cachée du gouvernement Netanyahu. Nous sommes obligés de prendre à l’éducation, aux transports, aux infrastructures, qui, selon Netanyahu, ne doivent pas être à la charge de l’État, et les coûts nous retombent dessus », a-t-il déclaré.

Marissa Newman a contribué à cet article.