Une commission de la Knesset a approuvé lundi une version amendée du projet de loi controversé qui interdisait à la police de recommander des mises en examen au terme de leurs enquêtes.

La proposition de loi a été adoptée en lecture préliminaire à la Commission des Affaires internes, avec neuf députés de la coalition qui ont voté pour, et six députés de l’opposition qui ont voté contre.

Le projet de loi prévoit d’incarcérer les enquêteurs qui énoncent des recommandations de mise en examen, ainsi que les policiers qui communiquent sur les enquêtes en cours à la presse.

Auparavant, une clause prévoyait d’incarcérer les journalistes qui publieraient ces informations. Elle a été supprimée.

Le projet de loi a rencontré l’opposition de la police et du procureur général, et est considérée comme une tentative, de la part des députés du Likud, pour protéger Netanyahu des retombées, si jamais la police rassemblait suffisamment de preuves pour justifier les accusations criminelles dont il fait l’objet dans deux enquêtes.

Le chef de l’Union sioniste, Avi Gabbay, a déclaré lundi que Netanyahu « a passé le point de non-retour » après le vote de la loi.

Au début d’une rencontre de sa faction, Gabbay a dirigé ses propos vers les membres de la coalition qui ont voté en faveur de cette loi controversée : « Voyez ce que vous êtes devenus ? »

« Vous ressemblez aux membres d’un gang qui auraient été envoyés pour perturber les enquêtes et nettoyer les scènes du crime, c’est ce que vous êtes devenus », a-t-il dit.

Le président de Yesh Atid, Yair Lapid, a aussi dénoncé lundi la loi dite des Recommandations approuvée au début de l’après midi par un groupe de la Knesset, la qualifiant de « Loi Netanyahu.”

« Après que Netanyahu a dit que la loi ne le concernerait pas directement, ils se sont battus comme des fous de façon à ce que la loi s’applique à lui », a indiqué Lapid lors du début d’une rencontre de sa faction de Yesh Atid.

« On s’est assuré que cette loi s’appliquera aux enquêtes sur Netanyahu », a-t-il ajouté. « C’est une loi conçue pour un seul individu ».

Le chef du parti Koulanou a rejeté les critiques de l’opposition après que son parti a voté en faveur du projet de loi contre les recommandations de mise en examens, ce qui a permis de le soumettre à une première lecture lors d’une session plénière lundi après-midi.

Ces critiques sont « infondées et absurdes », a déclaré le chef du parti. « Dès le départ, j’ai dit que nous soutiendrons ce projet de loi, et j’ai en même temps assuré qu’il ne s’appliquera pas aux enquêtes dont fait l’objet Netanyahu. »

Le projet de loi, approuvé par des députés en lecture préliminaire, permettrait au procureur général de consulter la police dans le cadre des enquêtes de corruption menées sur Netanyahu, mais interdirait la publication des conclusions de police sur les deux affaires.