La Knesset a approuvé lundi en première lecture un projet de loi pour abolir l’Autorité de radiodiffusion d’Israël et la remplacer par une nouvelle entité publique.

Proposé par le ministre des Communications Gilad Erdan, le projet de loi a reçu 33 votes en sa faveur, 14 contre et deux abstentions.

Erdan a expliqué que la nécessité de ce changement découle du fait que l’Autorité de diffusion devient de plus en plus inutile.

« La pertinence des émissions diminue au point que beaucoup de la jeune génération ne savent même pas ce qu’est l’Autorité de radiodiffusion », affirme-t-il.

Le projet de loi prévoit la création d’une nouvelle Autorité de diffusion publique le 31 mars 2015.

« Notre Etat ​​est révolutionnaire dans divers secteurs, alors comment se fait-il que le service public de radiodiffusion, qui devrait être une vitrine, ressemble plus à un jardin abandonné et négligé », a déclaré Erdan.

« A mon grand regret, l’abîme entre la situation actuelle à l’Autorité de radiodiffusion et les émissions publiques appropriées est trop grand pour être comblé par des traitements cosmétiques, comme c’était le cas dans le passé ».

Erdan a affirmé que prendre un nouveau départ avec une nouvelle entité ne sera pas seulement un moyen d’économiser de l’argent, mais va aussi permettre la suppression de la redevance télévisée.

Il a ajouté que les négociations étaient déjà en cours avec les travailleurs de l’AR [Autorité de radiodiffusion] concernant la réduction prévue des effectifs dans la nouvelle organisation de radiodiffusion.

Toutefois, la suggestion d’Erdan pour que la proposition soit prise en charge par un comité spécialement formé, nommé par la Knesset, a attiré de vives critiques de certains députés qui soutiennent que par le passé, la commission de l’économie de la Knesset s’était toujours occupée des questions de l’Autorité de radiodiffusion.

Le leader de l’opposition, le député Isaac Herzog (Travailliste), autrefois le ministre qui présidait l’Autorité de radiodiffusion, a averti qu’en sa forme actuelle, le projet de loi donnerait au ministère des Finances trop de contrôle sur les émissions publiques.

« Vous voulez un débat ouvert ? Soumettez ce projet de loi à la commission de l’économie qui est son lieu naturel », s’est-il insurgé.

« La demande d’établissement d’un comité spécial dérange et soulève une suspicion de volonté de politisation », a ajouté le député Omer Bar-Lev (Travailliste). « Nous devons faire en sorte que la radiodiffusion publique reste publique et ouverte à l’expression de toutes les opinions de la société israélienne ».

La commission parlementaire va décider si le projet de loi devrait être traité par la commission de l’économie ou un panel spécialement formé de membres de la Knesset.