La Ligue Arabe a dit jeudi « espérer » que les Etats-Unis n’utiliseraient pas leur veto contre un projet de résolution soumis par les Palestiniens à l’ONU pour parvenir rapidement à un accord de paix avec Israël.

Mercredi, la Jordanie, seul pays arabe au Conseil de sécurité de l’ONU, a présenté le texte des Palestiniens qui affirme « l’urgence de parvenir à une paix globale, juste et durable, » dans un délai de douze mois après l’adoption de la résolution.

« Nous espérons que les Etats-Unis n’utiliseront pas leur veto » contre ce projet, a affirmé jeudi au Caire le secrétaire général adjoint de la Ligue Arabe pour les affaires palestiniennes, Mohamed Sobeih.

« L’utilisation du veto américain va nuire à la cause palestinienne et sera instrumentalisée par les extrémistes pour poursuivre la colonisation et ruiner le processus de paix, » a précisé M. Sobeih à des journalistes.

Le texte soumis à l’ONU mentionne comme un des « paramètres » d’une solution négociée « un retrait complet et par étapes des forces de sécurité israéliennes, qui mettra fin à l’occupation commencée en 1967 (…) dans un laps de temps raisonnable, qui ne devra pas dépasser la fin de l’année 2017 ».

Les deux délais définis par les Palestiniens sont a priori difficilement acceptables pour les Etats-Unis, qui martèlent qu’un accord de paix ne peut résulter que de négociations directes, et non d’une initiative unilatérale à l’ONU.

Avant même la présentation de la résolution, Washington avait menacé de mettre son veto à un texte palestinien pour protéger les intérêts de son allié israélien.

Mais en soumettant leur résolution mercredi, les Palestiniens se sont immédiatement déclarés prêts à l’amender pour éviter un véto américain.

Les Palestiniens « ne ferment pas la porte à la poursuite de négociations », y compris « avec les Américains s’ils le souhaitent », pour modifier ce texte, a ainsi déclaré l’ambassadeur palestinien à l’ONU Riyad Mansour.