Le président Barack Obama et le premier ministre Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu ont bâti un « partenariat efficace », a assuré mercredi la Maison Blanche, prenant ses distances avec les propos d’un responsable américain traitant, sous couvert d’anonymat, le dirigeant israélien de « trouillard ».

« Cela ne reflète certainement pas la position de l’administration », a déclaré Alistair Baskey, porte-parole du Conseil de sécurité nationale (NSC), jugeant ces propos « déplacés et contre-productifs ».

« Le Premier ministre Netanyahu et le président ont bâti un partenariat efficace et échangent de manière étroite et régulière », ajoute-t-il, citant en exemple la rencontre entre les deux dirigeants début octobre à la Maison Blanche. « Naturellement, en dépit de relations extrêmement étroites entre les Etats-Unis et Israël, nous ne sommes pas d’accord sur tous les sujets », poursuit-il.

Dans un article du magazine The Atlantic centré sur les relations entre les deux dirigeants, qui sont notoirement difficiles, un haut responsable de l’administration Obama affirme, sous couvert de l’anonymat : « Le problème avec Bibi, c’est que c’est un trouillard ».

« Le bon côté avec Netanyahu est qu’il a peur de lancer des guerres », poursuit-il. « Le mauvais côté est qu’il ne fera rien pour trouver un accord avec les Palestiniens », poursuit-il. « La seule chose qui l’intéresse est de se protéger lui-même de toute défaite politique ».

La question de la construction de nouveaux logements à Jérusalem-est fait l’objet de tensions récurrentes entre les deux pays. Les échanges ont pris un ton plus vif depuis la dernière visite de M. Netanyahu à Washington le 1er octobre qui a coïncidé avec l’annonce de la construction de 2 610 nouveaux logements.

Lundi, les Etats-Unis ont une nouvelle fois affirmé que la construction de nouveaux logements était « incompatible » avec les efforts de paix entrepris dans la région.

Israël considère Jérusalem comme sa capitale « unifiée et indivisible ».