Une menorah colorée faite à la main était posée sur la table près de l’estrade où le président américain Barack Obama a fait son discours lors de la célébration annuelle de Hanoukka mercredi.

La menorah a été fabriquée par les élèves de Hand in Hand de Max Rayne de Jérusalem.

La classe des élèves de première année a été brulée par des militants du groupe Lehava, une organisation extrémiste anti-assimilation le 29 novembre.

Lors de son allocution, avant d’allumer les bougies de Hanoukka, Obama a accueilli Moran Ibrahim et Inbar Shaked-Vaedi, deux élèves de neuvième année, ainsi que Rebecca Bardach, une mère d’un des élèves de l’école, qui ont fait le déplacement à Washington pour participer à l’événement.

Obama a salué la résilience dont a fait preuve les élèves de Hand in Hand après l’incendie criminelle. L’école a été visée car elle travaille pour promouvoir la coexistence judéo-arabe par le biais d’une éducation bilingue et biculturelle.

La menorah de Hanoucca créée par des élèves de Max Rayne pour l'allumage à la Maison Blanche. (Crédit : Hand in Hand)

La menorah de Hanoucca créée par des élèves de Max Rayne pour l’allumage à la Maison Blanche. (Crédit : Hand in Hand)

« Dans les semaines qui ont suivi l’incident, ils auraient pu succomber à la tentation du cynisme et à la colère, mais au lieu de ça, ils ont construit cette menorah… Chacune de ces branches sont dédiées à l’une des valeurs sur lesquelles leur école est fondée. Des valeurs comme la communauté, la dignité, l’égalité et la paix », a-t-il décrit.

Selon Efrat Meir, l’organisateur de la communauté Hand in Hand, l’ambassade américaine en Israël a demandé à l’école de fabriquer une menorah pour qu’elle soit allumée à la Maison Blanche.

Le personnel et les élèves ont choisi de la fabriquer avec du bois d’olivier, un matériel local de Jérusalem. Les branches représentent une valeur : l’éducation, l’amitié, la solidarité et la liberté. Et bien sûr, celles mentionnées par le président.

Les collégiens de Hand in Hand ont trouvé l’idée du design de la menorah, et les élèves de l’école élémentaire ont peint les valeurs sur les branches – en hébreu et en arabe. Les enfants de la maternelle ont décoré la base de la menorah en laissant les empreintes colorées de leur mains.

Des élèves de Hand in Hand en train de fabriquer la menorah destinée à la Maison blanche (Crédit : Hand in Hand)

Des élèves de Hand in Hand en train de fabriquer la menorah destinée à la Maison blanche (Crédit : Hand in Hand)

Carole Zawatsky, le PDG du Centre de la communauté juive de Washington, a été émue de voir la menorah de Hand in Hand. Zawatsky a été aux quatre célébrations de Hanoukka à la Maison Blanche, mais c’est la première qu’elle a vu une telle menora.

« C’était une véritable surprise, et cela a énormément touché ceux d’entre nous qui était là et qu’ils l’ont vu », explique-t-elle.

« C’était un symbole positif et puissant d’une connexion en temps réel avec Israël », indique Marc Kramer, le directeur exécutif de RAVSAK : le réseau des écoles de la communauté juive.

Zawatsky, qui a travaillé dans des musées juifs, a remarqué que le conservateur de la Maison Blanche portait des gants lorsqu’il manipulait la menorah.

« Cela élève le statut de ce projet d’école fabriqué par des enfants au même niveau que les grandes menorah ornées qui étaient utilisées dans le passé », analyse-t-elle.

Obama a souligné que ce n’était pas la menorah en elle-même qui avait de la valeur mais plutôt le message qu’elle symbolisait.

« Inbar et Moran et leur camarade peuvent nous enseigner une leçon importante maintenant sur notre Histoire », affirme-t-il.

« La lumière de l’espoir doit survivre aux feux de la haine. C’est ce que l’Histoire nous enseigne. C’est ce que nos jeunes gens peuvent nous enseigner – qu’un acte fait avec foi peut se transformer en un miracle, que l’amour est plus fort que la haine, et la paix peut triompher du conflit ».