La mission officielle palestinienne en Colombie a tweeté jeudi soir une citation de l’ancien dirigeant palestinien Yasser Arafat, appelant à la destruction d’Israël.

On pouvait y lire : « notre but, c’est la fin d’Israël, et il ne peut y avoir ni compromis ni médiations… nous ne voulons pas la paix. Nous voulons la GUERRE et la victoire – Yasser Arafat », selon un porte-parole du Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Après un reportage diffusé par la Première chaîne israélienne, le tweet a été supprimé, sans qu’aucune explication ni excuse ne soit fournie.

Le ministère des Affaires étrangères israélien a répliqué à ce tweet en condamnant Yasser Arafat pour son « héritage d’hostilité » et de mort.

« Une citation de l’une des déclarations d’Arafat illustre clairement la haine qu’il éprouvait et l’héritage hostile qu’il a légué », a fait valoir le ministère à la chaîne télévisée. « Sa vie et sa mort, la totalité de son héritage n’est que mort, haine et dégoût. »

L’ambassadeur israélien en Colombie a indiqué que cet incident avait été signalé aux autorités locales.

« Nous avons signalé l’incident du tweet de la mission palestinienne au gouvernement de Bogota », a affirmé Marco Sermoneta à la Première chaîne.

Arafat, décédé en 2004, demeure une figure vénérée parmi les Palestiniens.

En Israël, il est considéré comme le terroriste invétéré qui a saboté les négociations de paix de Camp David en 2000, qui a orchestré la Seconde Intifada qui a suivi, prêché un narratif, toujours d’actualité auprès des Palestiniens, niant l’Histoire juive et la légitimité du peuple juif en Terre Sainte.

La citation susmentionnée d’Arafat avait été publiée dans le Washington Post en mars 1970, bien avant qu’il ne devienne partie intégrante des négociations de paix avec Israël, et chef de l’Autorité palestinienne. Arafat avait continué à prôner la destruction d’Israël même après la signature des accords d’Oslo en 1993.

Bill Clinton regarde Yitzhak Rabin et Yasser Arafat se serrer la main lors de la signature historique des accords d'Oslo, le 13 septembre 1993. Tout à droite, l'actuel dirigeant palestinien Mahmoud Abbas. (Crédit : GPO)

Bill Clinton regarde Yitzhak Rabin et Yasser Arafat se serrer la main lors de la signature historique des accords d’Oslo, le 13 septembre 1993. Tout à droite, l’actuel dirigeant palestinien Mahmoud Abbas. (Crédit : GPO)

Le 30 janvier 1996, Arafat avait tenu un discours en Suède, dans lequel il avait déclaré : « nous ne plierons pas tant que le sang de chaque Juif, du plus jeune au plus âgé, n’aura pas coulé pour libérer notre terre ».

La plupart des tweets de la mission colombienne, qui recense quelque 600 followers, sont des citations du poète nationaliste palestinien Mahmoud Darwish.

Darwish, décédé en 2008, est considéré comme un symbole national palestinien, et était membre de l’Organisation pour la Libération de la Palestine (OLP). Né dans un village qui a été intégré au nord d’Israël, et résident du Liban, de la France, et de la Jordanie, il a passé les dernières années de sa vie en Cisjordanie, à Ramallah.

Darwish se rendait régulièrement en Israël, où ses quatre livres ont été traduits en hébreu. Il critiquait Israël ainsi que le Hamas, qui dirige actuellement la bande de Gaza.