Une statue en or, représentant le Premier ministre Benjamin Netanyahu a été enlevée de la Place Rabin après y avoir mystérieusement pris place pendant la nuit.

Vers 9 heures du matin, les inspecteurs y ont apposé un papier, avertissant que la ville procéderait au retrait de la statue aux frais de l’artiste si la statue n’avait pas disparu avant 13 heures.

Le sculpteur Itai Zalait, qui avait déjà averti les médias israéliens qu’il allait « accomplir un acte souterrain politico-artistique qui aura des repercussions médiatiques importantes », a déclaré que ce n’était là que le premier acte d’une longue série qu’il préparait.

« Je l’ai fait pour vérifier une chose : Où en est la liberté d’expression en Israël en 2016 ? Est-ce que cette œuvre va être autorisée, est-ce qu’il y aura des sanctions ? », a déclaré à l’AFP Itai Zalait.

La ministre de la culture Miri Regev (Likud) a vivement réagi sur sa page Facebook.

Elle a écrit « À quel point un artiste peut-il être déconnecté de la réalité ? Israël est un pays démocratique, avec des libertés individuelles, des droits civiques, une sensiblité morale, un pouvoir judiciaire activiste, la liberté de presse… en clair, un pays de libertés… Mais pour les artistes, déconnectés de la réalité, ce veau d’or est une manifestation de haine à l’égard de Netanyahu. »

Le sculpteur Itai Zalait affirme avoir voulu ouvrir un débat sur le rapport des Israéliens à leur Premier ministre, parfois surnommé « le Roi Bibi », en plaçant cette parodie de statue officielle sur la place Yitzhak Rabin où a été assassiné en 1995 l’ancien Premier ministre, et devenue le lieu des grandes manifestations politiques du pays.

La statue en or représentant Netanyahu est enlevée, le 6 décembre 2016. (Crédit : autorisation)

La statue en or représentant Netanyahu est enlevée, le 6 décembre 2016. (Crédit : autorisation)

Une partie de l’opposition de gauche accuse Benjamin Netanyahu d’avoir participé à la campagne d’incitation à la violence qui a précédé le meurtre de M. Rabin par un extrémiste de droite.

« La réaction des Israéliens m’intéresse, entre ceux qui commencent à dire qu’ils auraient envie de voir plus de statues comme celle-là sur les places du pays et ceux qui veulent la démolir à coups de marteau », a expliqué le créateur.

La municipalité de Tel-Aviv a retiré mardi matin la statue. « Nous agissons ainsi à chaque fois qu’un objet est installé sans autorisation (…) sur la place publique », a affirmé à l’AFP Mira Marcus, porte-parole de la municipalité, dirigée par le maire Ron Huldaï, un travailliste opposant de Benjamin Netanyahu.

Aux États-Unis, en août, un collectif d’artistes avaient installé dans plusieurs villes américaines des statues géantes et peu flatteuses représentant Donald Trump, alors candidat à l’élection présidentielle, entièrement nu et qui avaient été démontées puis vendues aux enchères.

Enregistrer

Enregistrer