Kan publie un communiqué niant les affirmations de certains ministres selon lesquelles elle aurait de mauvaises audiences et souligne l’importance de l’existence d’un diffuseur indépendant et libre des influences politiques ou commerciales.

Avec les menaces du Premier ministre Benjamin Netanyahu de fermer la chaîne afin d’économiser de l’argent, le diffuseur note qu’il coûte moins cher que l’Autorité de Diffusion d’Israël qu’il a remplacé.

« Nous continuons à travailler comme d’habitude, selon la loi, avec une augmentation des dizaines en pourcentage des audiences en comparaison avec le passé, avec la diffusion numérique vers de millions d’internautes en économisant des millions de shekels d’argent public. Nous avons invité les spectateurs à apprécier les cinq nouveaux programmes qui seront diffusés cette semaine sur Kan 11, et les nouveaux programmes qui sont indépendants et libres des intérêts politiques et commerciaux », pouvait-on lire dans le communiqué.

De son côté, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a confirmé des informations selon lesquelles il prévoit de fermer le diffuseur public Kan, qui opère depuis moins de six mois, dans une mesure visant à économiser de fonds publics pour limiter les coupes budgétaires générales que l’on attend pour 2019.

« Lors de la rencontre d’aujourd’hui des chefs des partis de la coalition, [le ministre de l’Intérieur Aryeh] Deri a proposé de réfléchir à la fermeture de la corporation afin de trouver des sources pour les projets du gouvernement », a déclaré Netanyahu dans un communiqué.

« Nous parlons d’économies annuelles d’environ 500 millions de shekels », a-t-il ajouté.