Une coalition de plus de 30 nations, formée par l’Arabie saoudite pour combattre le terrorisme dans les pays musulmans, se réunira le mois prochain dans le royaume, a indiqué jeudi une source saoudienne.

Le vice-prince héritier d’Arabie, Mohammed ben Salmane, qui est aussi ministre de la Défense, avait annoncé la création de cette coalition à grand renfort de publicité en décembre.

Cependant, un diplomate occidental avait noté à l’époque que peu d’informations avaient filtré sur la manière dont ce groupement fonctionnerait, sans véritable « infrastructure ».

« C’est officiel maintenant. Ils vont se réunir fin mars », a dit la source saoudienne, sans donner de date précise.

La coalition compte maintenant 35 membres, au lieu de 34, chiffre annoncé lors de sa formation, a-t-elle ajouté.

Parmi les pays cités par Ryad lors de la création de la coalition figurent l’Egypte, la Turquie, le Soudan, le Qatar, le Sénégal, le Nigeria et le Pakistan.

Dotée d’un centre de commandement basé à Ryad, la coalition est censée « soutenir des opérations militaires dans la lutte contre le terrorisme » par l’échange d’informations et, si nécessaire, le déploiement de troupes.

L’Arabie saoudite fait déjà partie de la coalition internationale qui combat depuis plus de 18 mois le groupe djihadiste Etat islamique (EI) en Syrie et en Irak, bien que les Occidentaux aient reproché à Ryad d’avoir réduit son engagement en raison de son implication dans la guerre au Yémen.

Lundi, le ministre saoudien des Affaires étrangères Adel Al-Jubeir a dit que son pays était prêt à envoyer des forces spéciales en Syrie si la coalition sous commandement américain décidait de lancer une opération terrestre.

Le ministre des Affaires étrangères saoudien, Adel al-Jubeir, intervenant lors d'une conférence de presse à Djeddah, en Arabie Saoudite, le 23 juillet 2015 (Crédit : AFP)

Le ministre des Affaires étrangères saoudien, Adel al-Jubeir, intervenant lors d’une conférence de presse à Djeddah, en Arabie Saoudite, le 23 juillet 2015 (Crédit : AFP)