Lors d’une récente conférence de rédaction, l’équipe du Times of Israël s’est posé la question suivante : est-ce le signal du départ pour les Juifs de diaspora ?

Afin de répondre à cette question que chaque Juif, pratiquant ou non, a dû se poser au moins une fois dans sa vie – et surtout lorsque le conflit israélo-palestinien résonne à l’étranger et ravive l’antisémitisme latent, nous avons choisi de vous poser directement la question, à travers nos sites, nos réseaux sociaux, voici les réponses que nous avons obtenues.

Stéphanie Dupré La Tour : Les retombées de l’opération Bordure protectrice sont virulentes et violentes dans de nombreuses communautés.

Il n’y a pas un jour où une manifestation pro-palestinienne n’est organisée pour soutenir le peuple de Gaza, victime du groupe terroriste au pouvoir dans la bande de Gaza.

Néanmoins, il arrive que ce type de rassemblement soit uniquement un prétexte pour manifester sa haine à l’égard de l’Etat d’Israël, sa haine à l’égard du Juif, sa haine à l’égard de l’armée israélienne – un amalgame évidemment dangereux.

Les slogans scandés avec ferveur tels que « Mort aux Juifs », au cours de ces marches rappellent parfois l’Allemagne nazie d’Hitler, certains vont même jusqu’à affirmer sur les réseaux sociaux ou sur leurs pancartes que le leader nazi « #Hitleravaitraison », que la #PalestinevaincraIsraelbrulera, qu’Israël est un « assassin », et louent avec fierté « les roquettes de la résistance » lancées sur le sol israélien estimées à plus de 3 120 depuis le début de l’opération Bordure protectrice, le 8 juillet dernier.

Rappelons (car la grande majorité l’aurait oublié – l’ONU, les 28 de l’UE, les Etats-Unis, mais surtout le Conseil de Sécurité de l’ONU et celui des droits de l’Homme), que cette opération a été déclenchée pour mettre fin aux tirs incessants des roquettes visant les civils israéliens par les terroristes du Hamas et du Jihad islamique – en l’occurrence en plein mois de Ramadan.

Israël ne fait pas la guerre au peuple palestinien de la bande de Gaza.

Le peuple palestinien n’est pas l’ennemi de l’Etat hébreu.

A chaque tir, cela nécessite des sirènes, des angoisses, des morts et des blessés. Tsahal s’est par conséquent donné comme objectif prioritaire la destruction des tunnels terroristes qui servent les agents du Hamas à perpétrer leur attaques.

A Paris, à Sarcelles, à Lille, à Bruxelles, à Berlin, à Londres, à Sarajevo, à Madrid, à Boston, à Tunis, à Sydney, au Pakistan, au Maroc, en Grèce, en Turquie, en Algérie, à Houston, à Nice, à Santiago de Chili, l’on pouvait entendre, malheureusement souvent des slogans aux allures nazies lancés à l’encontre de l’opération israélienne.

Chacune rassemblait des milliers de personnes tenant des drapeaux palestiniens de plusieurs mètres de long.

D’autres brulaient des drapeaux israéliens sous les applaudissements des manifestants. Un adolescent de Kasmiri a été tué lors d’une manifestation anti-Israël en Inde.

Alors pour répondre à votre question, oui il s’agit nécessairement d’un signal – fort – qu’il ne faut pas ignorer, ni prendre à la légère. La vie en Israël est risquée aussi mais c’est notre maison.

Gabriel Attali

J’ai 22 ans et je suis un Français en « vacances » en Israël.
Votre article ne fait que traduire mon inquiétude, ici, là où nous allons, nous avons cette alerte qui vous annonce qu’un danger est imminent et je ne le vous cache pas, cela fait très peur… On s’inquiète pour sa famille, ses amis qui sont ici en Israël.

Et puis « chez moi » en France, la haine du Juif est croissante, des Juifs attaqués, des synagogue menacées et des manifestations anti-Israël beaucoup trop nombreuses et importantes. Alors je me pose une question, dois-je retourner à ma vie d’étudiant en médecine en France malgré cette haine et cette peur qui y règnent, ou dois-je penser à faire mon alyah et là aussi tenter le risque d’être sous les bombes.

La désinformation me semble être le réel problème à tout ça, les gens ne sont pas conscients de ce qui se passe pour les Juifs du monde, cela m’inquiète et nous inquiète hélas énormément.

Marc Amsellem, le 24 juillet 2014

Je suis juif et francais. Votre démarche me semble intéressante parce qu’elle s’intéresse à nous, les gens, ceux qui vivent au quotidien, ceux qui travaillent et ceux qui prennent le métro.

Hier, beaucoup d’entre nous se posaient des questions sur notre condition, sur notre vie ici et sur la manière dont les choses ont évolué. Aujourd’hui, peu nombreux sont ceux qui se posent encore des questions, nous avons déjà beaucoup de réponses. Les messages sont clairs. L’air est irrespirable ici et le nuage a l’air fermement installé.

Je préfère malheureusement vivre sans respirer en France que de partir.

Demain, si ma situation est différente, avec une famille et des enfants par exemple, il est fort probable que je prenne d’autres dispositions.

Voilà à quoi j’en suis réduit : un Francais, Juif et dégoûté.

Nicolas, le 22 juillet 2014

Je vous écris pour partager mon opinion sur ce qui se passe actuellement en Israël et à Gaza, ainsi que ses conséquences sur la diaspora en France.

Je n’aime pas que des gens soient tués et ce peu importe qui.
Néanmoins je n’ai pas l’hypocrisie de croire que l’on peut tout résoudre pacifiquement, par le dialogue ; il y a des fois où le combat est inévitable car c’est le dernier recours.

Et en l’espèce, j’estime que c’est le cas.

Israël n’a pas à subir des attaques de la part du Hamas, groupe d’individus ayant juré de détruire Israël et les Juifs par tous les moyens.

Israël est dans la légitimité de se défendre, notamment en contre-attaquant.

Le fait que les roquettes lancées depuis Gaza n’atteignent pas leurs cibles (des villes et des populations civiles) n’est pas une excuse pour considérer cela comme acceptable et ainsi justifier qu’Israël n’ait pas le droit de se battre et de riposter.

Les victimes civiles côté palestinien ne me réjouissent en rien, je suis même triste qu’il y en ait.

Je suis de plus en colère car il y aurait moins de morts si le Hamas ne se servait pas des civils palestiniens comme boucliers, les empêchant de partir quand l’armée israélienne les prévient de ses attaques ; c’est d’ailleurs à ma connaissance la seule armée à faire ça et ce depuis des années.

Je pense malheureusement que ce combat ne détruira pas le Hamas ; j’espère qu’au moins il l’empêchera de nuire pour quelque temps.

Le Hamas est à l’heure actuelle le plus grand responsable de l’impossibilité d’une paix entre Israël et les Territoires palestiniens.

En ce qui concerne la médiatisation de ce conflit en France, c’est une vraie catastrophe.

Qu’un média ait un parti pris n’est absolument pas anormal, les journalistes ont parfaitement le droit de donner leur avis. En revanche, il n’est pas normal qu’ils mentent (le plus souvent par omission mais pas seulement), qu’ils détournent les faits et qu’ils les présentent de manière orientée sous le couvert d’une information dite objective.

Je suis également très choquée par les réactions en général que le conflit entre Israël et les Palestiniens provoque : on dirait que c’est la seule et unique cause à défendre, que c’est le combat final entre le Bien et le Mal. On est soit pro-palestinien, soit pro-israélien.

La tendance majoritaire en France est très largement à la défense de la cause palestinienne et des Palestiniens de tous bords ; chez certains il y a même un soutien total pour les moyens utilisés pour résister face à cet État raciste, colonisateur et d’apartheid que serait Israël (résistance qui sonne dans l’inconscient et/ou le conscient collectif comme de l’héroïsme en tout point similaire à celui des Résistants de la Deuxième Guerre mondiale).

Et ce conflit sert d’exutoire à un antisémitisme croissant de droite comme de gauche ainsi que musulman (le seul pour l’instant reconnu étant celui d’extrême droite).

La grande nouveauté apportée par ce conflit dans l’antisémitisme (argent et manipulation étant des thèmes anciens bien que toujours très abordés) c’est l’assimilation d’Israël, du sionisme et des Juifs aux nazis. Nous serions donc les nouveaux nazis qui, après s’être servis de la Shoah (pour certains elle n’a même pas existé) pour faire pleurer et culpabiliser dans les chaumières dans le but de voler des terres et des richesses, révéleraient leur véritable nature en devenant à leur tour les pires bourreaux de la terre.

Et les Français juifs ne sont vus que comme des agents de ce pays étranger qu’est Israël. Samedi et dimanche soir, respectivement lors du JT de France 2 et de TF1, on nous présentait le conflit à Gaza et on enchaînait sur l’alyah des Juifs de France ; la chaîne publique s’est même permise de faire faire la transition entre les deux reportages directement par l’envoyé spécial à Gaza et concluait sur cette jeune Juive de 19 ans fraîchement arrivée de France et installée dans un luxueux appartement à Ashdod payé par l’État hébreu et qui devra faire son service militaire dans un an.

Le journaliste et directeur adjoint du journal Le Monde diplomatique, Alain Gresh va même jusqu’à assimiler l’alyah au départ des djihadistes pour la Syrie.

Mon sentiment personnel sur tout ça : quoi qu’il fasse, Israël est et sera de plus en plus mal vu par la communauté internationale ; quant à la diaspora, elle risque de réduire un grand coup en Europe, les Juifs vont partir (et pas forcément de leur plein gré) pour fuir un antisémitisme qui monte tous les jours un peu plus.

Heureusement qu’aujourd’hui, on a un État pour nous accueillir.

Dali, le 22 juillet 2014

Depuis l’assassinat d’Ilan Halimi et l’attentat de Toulouse, nous nous sentons de plus en plus en danger en France et pour beaucoup d’entre nous, un futur dans ce pays devient de plus en plus improbable.

Mais les évènements récents, le conflit avec le Hamas et ses répercussions sur le territoire national nous obligent à réfléchir sérieusement à un départ urgent. Les discours de Manuel Valls et des autres membres de la classe politique ne peuvent plus nous protéger.

La situation est devenue irréversible, la communauté musulmane est importante et les extrémistes de plus en plus nombreux.

Les dernières manifestations violentes ne sont pas spontanées, elles ont été préparées depuis des années par les cellules salafistes. Elles ont pignon sur rue. La police est impuissante, elle est elle-même victime des agressions de ces fascistes haineux.

Les enfants juifs ont peur de dire qu’ils sont juifs, personne n’ose porter une Magen David ou une kippa. Les attaques sur nos synagogues et commerces sont un triste rappel de la Nuit de Cristal [9 novembre 1938 : – Meyer Habib, député franco-israélien UDI des français de l’étranger a aussi qualifié la période dans laquelle vit la France de cette façon.]

Chaque personne que je rencontre parle de partir, partir en Israël ou aux Etats-Unis. La France sera vide de tous ses Juifs plus vite que ne l’avaient espérer les antisémites les plus farouches.

Le rêve d’Hitler sera accompli par ses héritiers, les islamo-fascistes, l’Europe sera Judenrein !

Johanna, le 24 juillet nous redirige vers un post sur son blog.

Yaël, le 28 juillet 2014

Lettre ouverte à un ami français

Je suis venue te dire que je m’en vais
Ma valise est bouclée,
Mes affaires sont réglées
Et je pars sans me retourner
Comme dit si bien Verlaine au vent mauvais
Je suis venue te dire que je m’en vais.

Quand tu te souviendras des jours anciens
Du temps où toi et moi étions copains
Peut-être verseras-tu une larme
Et regretteras que je ne sois plus là.
Quoiqu’il ne soit même pas certain
Que tu en conçoives du chagrin

Je n’te demandais pas grand-chose pourtant
Je n’attendais pas de toi que tu descendes dans la rue
C’eut été dangereux, je m’en serais voulu
Mais un mot, un signe, une condamnation, une protestation,
Une clameur venant du cœur aurait suffi à mon bonheur
Et pas pour ce qui se passe là-bas
Mais là, juste en bas de chez toi.
Ça n’te rappelle rien, dis-moi ?
Vitres brisées et croix gammées
Hordes hurlantes et défilés ?

J’aurais aimé que tu te lèves,
Qu’en un seul cri nos voix s’élèvent
Pour scander « Plus jamais ça »
Je t’aurais pardonné de ne pas m’aimer
Mais pas d’avoir par ton silence
Permis que tout ça recommence,
Et les avoir laissé crier
Que je dois d’ici me barrer

Mais il est bien trop tard, l’ami
Les loups sont entrés dans Paris !
Visages voilés et Keffieh,
Accompagnés de la faucille
De la République à la Bastille
Visage haineux et grimaçant
Ils sont v’nus des mille et des cents
Pour battre le pavé de France
Du beau pays de votre enfance
Qui fut aussi le mien pourtant
Mais cela c’était il y a longtemps.

Je suis venue te dire que je m’en vais
Oui il est vrai que je t’aimais,
J’ai refait ma valise une énième fois
Et c’est pour de bon cette fois
Car à présent l’heure a sonné
De nous séparer à jamais

Quelle que soit ma destination
Le Canada, les USA
Ou le pays de Sion
J’y serai plus en sécurité
Que dans l’pays où je suis née.

Je suis venue te dire que je m’en vais
Je te laisse le plus beau des pays
Et quand à ton tour menacé
Un jour tu devras le quitter
N’oublie pas d’éteindre la lumière
Celle de Diderot et d’Alembert
Celle de Montaigne et de Zola
Celle d’Hugo et de Badinter
Qui brillait de mille feux
Par sa culture, sa tolérance,
Sa Liberté, sa Fraternité et surtout sa Laïcité.

Yves, le 21 juillet 2014

Je suis né a Constantine il y a 63 ans et n’étant pas pratiquant (de père goy) les problèmes israélo-palestiniens ne m’ont jamais vraiment concerné.

J’ai vécu dix ans en Allemagne et désormais je vis au Maroc depuis douze ans.

Dans ces deux pays je n’ai jamais été confronté a l’antisémitisme même s’il est vrai qu’il existe.

J’ai désormais pris conscience de ma judéité et j’envisage pleinement de venir m’installer en Israël pour y finir mes jours.

La France n’est plus le pays de la Déclaration des Droits de l’Homme.

Merci à 40 ans de laxisme droite-gauche.