La police israélienne a surpris deux hommes de Jérusalem-Est avec des bombes artisanales et des munitions cachées dans leur kiosque à l’extérieur de la porte d’Hérode dans la Vieille Ville de Jérusalem mercredi.

Une équipe de démineurs de la police a été appelée pour désamorcer les dispositifs explosifs artisanaux, qui ont été trouvés dans un stand de restauration. Les suspects étaient âgés d’une quarantaine d’années et ont été emmenés pour être interrogés, a indiqué un porte-parole.

La police n’a pas précisé pour le moment s’ils considéraient l’incident comme un incident terroriste ou criminel. « Une enquête a été ouverte pour déterminer les motifs et les circonstances de l’incident », a déclaré le porte-parole.

Pendant la nuit, Tsahal et la police des frontières ont arrêté 18 Palestiniens en Cisjordanie. Huit des Palestiniens ont été arrêtés car ils faisaient partie du groupe terroriste palestinien du Hamas, tandis que trois ont été arrêtés pour ce qu’on appelle du terrorisme populaire, le terme utilisé par l’armée israélienne pour jets de pierres et participation à des manifestations violentes, a précisé un porte-parole de l’armée.

L’armée n’a pas précisé pourquoi elle a arrêté les sept autres suspects et a refusé de commenter. Elle s’est seulement contentée de dire qu’ils ont été impliqués dans « une sorte d’activité illégale ».

Des soldats faisant monter un Palestinien, qui est soupçonné d'avoir pris part à des manifestations violentes, à l'arrière d'un véhicule blindé à Qalqilya le 14 janvier 2016 (Crédit : Judah Ari Gross / Times of Israel)

Des soldats faisant monter un Palestinien, qui est soupçonné d’avoir pris part à des manifestations violentes, à l’arrière d’un véhicule blindé à Qalqilya le 14 janvier 2016 (Crédit : Judah Ari Gross / Times of Israel)

C’est la deuxième nuit consécutive au cours de laquelle un nombre relativement élevé de Palestiniens sont arrêtés. Lundi soir et mardi matin, 19 personnes ont été arrêtées en Cisjordanie.

En 2015, l’armée israélienne, le Shin Bet et la police d’Israël a arrêté plus de 3 000 Palestiniens pour appartenance à des groupes terroristes, jets de pierre et d’autres charges, qui ont conduit à plus de 1 900 actes d’accusation, selon les statistiques publiées par le Shin Bet mardi.