L’Unité des enquêtes de police a l’intention de classer une enquête sur un incident qui a entrainé la mort d’un homme arabe israélien, qui avait menacé une voiture de police avec un couteau et avait été abattu par un policier, a annoncé la Dixième chaîne.

Le décès de Kheir Hamdan, 22 ans, qui a eu lieu dans la ville de Kafr Kanna en novembre a entrainé des émeutes ayant duré plusieurs jours.

Un homme qui avait été arrêté et qui était à l’arrière de la voiture de patrouille au moment de l’incident a soutenu la version de la police qui avait indiqué que leur vie était en danger.

La vidéo de l’incident a révélé que Hamdan s’est approché de la voiture et a tapé à la fenêtre à plusieurs reprises avec ce qui semblait être un couteau. Un policier est alors sorti et a tiré sur Hamdan, qui s’éloignait de la voiture, le blessant mortellement.

Bien que le dossier ait été, pour toutes fins utiles, clos, selon le rapport, la police a reporté l’annonce officielle au jour suivant le Jour de la Nakba [Catastrophe] le mois prochain – qui commémore le déplacement des Palestiniens suite à la création de l’Etat d’Israël en 1948 – afin de ne pas pour attiser les tensions, qui sont généralement élevées en cette période de l’année.

Selon le rapport, le policier n’a jamais été interrogé par souci de prudence et est resté en fonction depuis l’incident.

Lundi, les habitants de Kafr Kanna, situé dans le nord de la Galilée, se sont affrontés avec la police lorsque les travailleurs municipaux sont arrivés pour détruire un bâtiment qui a été construit sans permis. La police a utilisé des grenades assourdissantes pour disperser la foule. Aucun blessé n’a été signalé.

Le député de la Liste arabe unie, Dov Khenin, a condamné la clôture de l’affaire sur le décès de l’homme arabe israélien et les affrontements au cours de la démolition du bâtiment, affirmant dans un communiqué mardi que cela était les manifestations d’une attitude inacceptable envers la population arabe d’Israël.

« Il y a un dénominateur commun dans les incidents à Kafr Kanna : un gouvernement qui continue de ne pas prendre en compte les citoyens arabes », a déclaré Khenin.

« Il est temps de mettre un terme à cela », a-t-il ajouté. Cette politique est destructrice. C’est un problème pour les Juifs et les Arabes – pour n’importe qui pourvu d’une boussole morale ».

Le député, Ayman Odeh, le leader de la Liste arabe unie, a passé la soirée de lundi dans une tente montée en protestation mise en place sur le site de la maison démolie, qui avait appartenu à un résident de la ville, Tariq Khatib.

Odeh a déclaré que la démolition était « typique de la situation à laquelle fait face notre société arabe et montre l’étendue du racisme dans la mise à disposition des logements pour les citoyens arabes ».