La police demande de l’aide pour retrouver les tueurs du bébé palestinien
Rechercher

La police demande de l’aide pour retrouver les tueurs du bébé palestinien

Aucune arrestation n'a été signalée après l'attaque à la bombe incendiaire de vendredi lancée sur la maison des Dawabsha

Des enfants palestiniens portent un brancard funèbre avec une image du petit Ali Saad Dawabsha, l'enfant qui a été brûlé à mort par des extrémistes juifs, le 1er août, 2015, lors d'une manifestation à Khan Yunis, dans la bande de Gaza, simulant un enterrement organisée par les partisans palestiniens du Hamas en réaction à la mort du bébé (Crédit : Abed Rahim Khatib / flash 90)
Des enfants palestiniens portent un brancard funèbre avec une image du petit Ali Saad Dawabsha, l'enfant qui a été brûlé à mort par des extrémistes juifs, le 1er août, 2015, lors d'une manifestation à Khan Yunis, dans la bande de Gaza, simulant un enterrement organisée par les partisans palestiniens du Hamas en réaction à la mort du bébé (Crédit : Abed Rahim Khatib / flash 90)

La police a publié mardi un appel très inhabituel demandant à la population de se manifester si quelqu’un détenait toute information qui pourrait les aider à identifier les auteurs l’attaque mortelle de vendredi en Cisjordanie dans laquelle un bébé palestinien a été brûlé à mort.

« Quiconque ayant des renseignements, n’importe quel détail, qui pourrait aider à résoudre l’assassinat est prié d’appeler la hotline », a demandé la police israélienne dans un communiqué, en indiquant ce numéro de téléphone : 050-838-6626. Bizarrement, la population n’a été invitée à appeler que seulement de 8 heures-22 heures.

Une ordonnance de secret a été imposée sur l’enquête, et il n’y a pas eu d’indication qu’il y ait eu des arrestations dans le cadre de l’attaque.

L’attaque à la bombe incendiaire, dans laquelle Ali Dawabsha a été brûlé vif dans sa maison tôt le vendredi matin, a été présentée au cours du week-end comme étant le fait d’extrémistes juifs, venant probablement d’un avant-poste illégal de la région de Shilo en Cisjordanie, qui se trouve non loin du village palestinien de Duma où l’attaque a eu lieu.

Les sources de sécurité ont déclaré à la Dixième chaîne samedi, que les résidents des avant-postes illégaux dans cette zone avaient des relations hostiles avec les villages palestiniens locaux.

Les deux auteurs auraient fui la scène de leur crime à pied.

Vendredi soir, la Deuxième chaîne a signalé qu’il y avait « un début d’avancement » dans l’enquête. Selon le reportage, les auteurs de l’attaque étaient censés provenir de la zone à la proximité de l’avant-poste de l’implantation d’Esh Kodesh, « mais pas d’Esh Kodesh en lui-même ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...