Des dizaines de Juifs ultra-orthodoxes sont arrivés au bureau de l’armée à Jérusalem en tentant de perturber les procédures et en bloquant les entrées et en criant sur les personnes à l’intérieur, selon la police.

Ils ont également essayé d’arrêter la circulation sur la rue Rashi où se trouvent les bureaux.

La police est arrivée sur les lieux et a dispersé les manifestants.

Le ministre de la Défense Avigdor Liberman s’est engagé par ailleurs lundi à protéger les soldats ultra-orthodoxes qui font face à des communautés réfractaires à leur service militaire.

« C’est impensable qu’un officier de l’armée israélienne, qui s’est dévoué pour son pays, ait à subir des choses aussi indignes », a-t-il dit.

Liberman s’est exprimé après qu’un tribunal a accordé 500 000 shekels de dommages et intérêts pour un soldat victime de diffamation après avoir choisi de servir dans l’armée.

« L’establishment de la sécurité aidera tout soldat ou officier victime de diffamation en raison de son service militaire », a-t-il dit.

Le mois dernier, la police a arrêté des centaines de manifestants ultra-orthodoxes lors de manifestations similaires, au cours desquelles des milliers de manifestants extrémistes sont descendus dans la rue pour protester contre l’arrestation de deux étudiants en yeshiva pour ne pas s’être présentés aux bureaux de recrutement de l’armée israélienne.

Plus tôt cette année, la Haute Cour de justice a annulé une loi exemptant les hommes ultra-orthodoxes qui effectuaient des études religieuses du service militaire, affirmant que cela minait l’égalité.