Jamal Hakrush a été choisi pour devenir le premier Arabe musulman promu au poste de commissaire adjoint de la police israélienne.

Hakrush, un policier de carrière qui est originaire du village de Kafr Kanna en Galilée, prendra son poste à la tête d’une nouvelle unité de police visant à lutter contre le nombre disproportionné de crimes au sein de la communauté arabe d’Israël, a confirmé la police.

La porte-parole de la police, Louba Samri, a refusé de donner les détails en ce qui concerne cette nomination et a seulement précisé que Hakrush était qualifié et avait eu beaucoup de succès professionnel. « C’est un candidat adéquat pour faire ce travail », a-t-elle affirmé.

Le chef de la police Roni Alsheich a annoncé cette nouvelle initiative mardi lors d’une « journée d’appréciation » de la police à la Knesset.

Il a expliqué la nécessité de cette nouvelle unité en raison du taux « terriblement élevé » de la violence domestique, des meurtres, de possession illégale d’armes, et d’autres crimes dans le secteur arabe.

Lors d’une réunion de la commission des Affaires intérieures et de l’Environnement de la Knesset, Alsheich a déclaré que bien que les Arabes constituent 20 % de la population d’Israël, ils représentent 58 % du nombre total des crimes, 55 % des tentatives de meurtre, 47 % des vols, et 27 % du trafic de drogue.

« Ces chiffres ne sont pas seulement une source de préoccupation pour la police mais aussi pour la communauté arabe elle-même », a-t-il précisé.

« Il y a une forte volonté de renforcer la [présence] policière dans la communauté arabe. J’ai rencontré des dizaines de responsables des autorités locales arabes et découvert qu’il y avait une grande volonté [de lutter contre cette tendance]. ‘Envoyer juste la police’, m’a-t-on dit ».

Le chef de la police Roni Alsheich, au siège de la police israélienne  à Jérusalem, le 3 décembre 2015. (Credit photo: Hadas Parush / Flash90)

Le chef de la police Roni Alsheich, au siège de la police israélienne à Jérusalem, le 3 décembre 2015. (Credit photo: Hadas Parush / Flash90)

Le nouveau programme, fruit de la réflexion d’Alsheich et du ministre de la Sécurité intérieur, Gilad Erdan, devrait permettre de recruter 1 300 nouveaux agents et de construire des dizaines de nouveaux commissariats dans les zones arabes du pays.

Mujahid Awawida, le maire de la ville natale de Hakrush, Kafr Kanna dans le nord d’Israël, a fait l’éloge de ce programme, notamment en ce qui concernait la lutte contre la prévalence de la possession des armes à feu illégales.

« Les armes sont un outil pour tuer, pas un outil de paix », a-t-il déclaré à la radio militaire jeudi. « Je demande au Premier ministre de considérer la question avec le plus grand sérieux. Il ne devrait y avoir aucune arme à feu dans les maisons ».

« Hakrush est un homme bon et fidèle et il peut faire le travail correctement, » a-t-il assuré aussi sujet de l’homme qui devrait être nommé au poste. « C’est un fils du village et mon ami et je le félicite de sa nomination. Il n’y a pas la tête du conseil qui est contre la participation au projet de confisquer les armes à feu ».