Alors que les pays du monde entier marquaient la Journée internationale de la femme, le 8 mars, pour promouvoir l’égalité entre les sexes, la compagnie de chemin de fer israélienne, Israel Railways, s’est jointe à cette lutte, en permettant pour la première fois aux femmes de s’inscrire à la formation de conductrice de train.

Toujours en formation, Hanit Binyamin, 31 ans, une divorcée originaire de Beer Sheva, devrait devenir la première femme qui conduira une locomotive dans 8 mois en Israël, faisant ainsi éclater l’hégémonie masculine qui dure depuis 67 ans dans cette profession.

Au micro de la radio militaire dimanche, elle a expliqué aux auditeurs et auditrices que les femmes ne devraient avoir aucun problème à suivre la formation qui dure un an et qu’elles sont toutes aussi capables de gérer un train sur des rails qu’un homme.

« Tout le monde est choqué de voir une femme [en classe], parce que ça n’était jamais arrivé avant. Mais ils vont finir par s’y habituer », estime Binyamin.

« [La formation] est difficile pour tout le monde. Je n’ai jamais été victime de discrimination. Il y a eu quelques blagues d’hommes mais pas de mauvais goût », poursuit-elle.

Israel Railways est une compagnie appartenant à l’Etat et est en charge de toutes les liaisons entre les villes en Israël. Elle a commencé à opérer lors de la création de l’Etat en 1948, en prenant le relais sur les rails posées par les empires britannique et ottoman.

Binyamin souligne que la compagnie avait rejeté sa candidature il y a 4 ans car « la formation de conductrice pour train n’était pas ouverte aux femmes ».

La décision d’ouvrir le cours aux femmes est due en partie à la construction de nouvelles lignes de chemin de fer, en plus de l’augmentation du trafic sur les lignes existantes, provoquant une hausse de la demande des conducteurs.

« Nous apprenons à conduire 7 à 8 sortes de trains et nous recevons une formation sur les systèmes électriques avancés », explique Binyamin.

« Enfant, je rêvais de faire ce job. Tout le monde n’a pas l’opportunité de transporter 1 000 à 1 500 personnes par jour ».