Le 22 juillet, une équipe de parachutistes, stationnée dans une maison à Gaza, a essuyé des coups de feu à partir d’emplacements inconnus. « Il y a des terroristes dans la région », a fait savoir un opérateur radio sur le terrain. « Ils sont dynamiques. Nous avons besoin de vous pour vous aider à les localiser ».

Le pilote d’un avion, s’identifiant par le nom d’appel Tzofit, a renchéri : « Nous sommes au-dessus de vous. Nous pouvons les voir tirer ».

Le pilote a alors probablement relayé l’emplacement précis des hommes armés aux troupes, qui ont répondu en disant au pilote un peu surpris, « L’endroit dont vous parlez… Je suis à l’intérieur au deuxième étage… ».

« Vous êtes à l’intérieur de la maison et les terroristes sont dans la même maison, un étage au-dessus de vous, non ? » demande le pilote, sur une vidéo diffusée par l’armée.

« Oui, exactement » répond le soldat.

Quelques instants plus tard, le pilote a finalement repéré les agents à travers un verger tout proche. « Nous les avons suivis et les avons éliminés » lance-t-il aux soldats sur le terrain.

« Si vous les avez éliminés, alors je suis détendu, parce qu’ils tiraient sur nous », déclare le soldat.

« Je sais. Vous pouvez être détendu », répond le pilote. « Nous sommes au-dessus de vous ».

Le fait que les troupes au sol et que l’armée de l’air soient capables de communiquer, de localiser avec précision les uns et les autres, et de détruire l’ennemi n’est pas entièrement nouveau. La technologie existe en théorie depuis plusieurs années. Mais l’opération Bordure protectrice, la première opération à grande échelle dans laquelle le programme numérique de Tsahal a été largement utilisé, a enregistré, plus que jamais, une progression dans l’interconnexion des forces.

Cette situation a contribué à contrecarrer un ensemble de tentatives d’infiltration, de missions offensives simplifiées, et a, sans doute, réduit la probabilité de tirs amis.

« Les systèmes de commandement et de contrôle ont été utilisés pour cela à un niveau sans précédent » a déclaré Moran Mayorchik, la commandante du département de la connectivité tactique à la Direction C4I de l’armée israélienne [C4I signifie « commandement, contrôle, communications, informatique et renseignement »].

En expliquant comment les systèmes fonctionnent, elle affirme que la vidéo est canalisée à partir d’un large éventail de sources et qu’elle est renvoyée sur le terrain à un noyau central, à des officiers appropriés.

Les soldats reçoivent non seulement la séquence en question, mais peuvent également garder une trace des forces ennemies et amies sur une carte numérique. S’ils ont des questions au sujet d’un chef local, explique Mayorchik, ils peuvent déposer des requêtes dans le système.

Par exemple, précise Mayorchik, un commandant de bataillon dans le domaine, curieux de savoir ce qui se passe plusieurs rues plus loin, peut demander une vue sur une certaine intersection, si elle est disponible, ou des informations venant d’autres troupes, dans les airs, sur terre ou sur mer. « Et cette image de la situation est commune à tout le monde », affirme-t-elle.

Le capitaine Nitzan Malka, le commandant du bureau de la prévision tactique à la Direction C4I, a souligné le rôle de la radio sur le protocole Internet. Alors qu’auparavant les troupes des forces spéciales devaient porter une radio spéciale pour pouvoir parler avec l’armée de l’air sur sa propre fréquence – et que d’autres troupes devaient relayer l’information – aujourd’hui l’écart de fréquence est comblé par technologie RoIP.

« Prenez Zikim », a déclaré Malka. Au cours de cette infiltration, le 8 juillet, une grande équipe de nageurs de combat du Hamas a nagé de Gaza à Israël.

Les radars de la marine ont relevé les mouvements à la surface de l’eau. L’avertissement a été transmis aux opérateurs de surveillance de la Direction du renseignement militaire le long de la côte. Un soldat, équipé d’écrans sur la base de Zikim, a repéré les hommes sortant de l’eau ; la séquence vidéo et l’avertissement ont été livrés en même temps aux troupes d’infanterie dans le voisinage et à l’aviation. Les deux corps ont fait face à l’ennemi, tuant les infiltrés.

« Il y avait avant des îlots de communication », a résumé Malka.
« Aujourd’hui, ils sont tous connectés ».

Mais il y a des dangers. Les commandants peuvent être surchargés d’informations inutiles, une distraction qui peut être fatale au cours des combats. L’armée, tributaire de réservistes en temps de guerre, peut avancer à un endroit où les réservistes ne sont pas familiers avec les nouveaux systèmes et n’ont pas le temps d’apprendre. Et les nouvelles recrues, caressant constamment les jouets électroniques, peuvent négliger les bases de la lecture de cartes, ce qui peut s’avérer particulièrement nécessaire pendant un temps de défaillance technique.

Mayorchik a reconnu ces dangers, mais elle a déclaré que les avantages de connaître ce qui se cache derrière un coin sombre, de savoir « la couleur de la chemise que l’ennemi porte » crée un véritable « langage commun » entre les différentes forces sur le terrain. Avec le rythme des avancées technologiques d’aujourd’hui, résume-t-elle, « c’est le ciel qui est la limite ».