Des sources en provenance du cabinet du Premier ministre israélien ont dénoncé la réaction de l’Autorité palestinienne le 26 janvier, suite aux propos de Benjamin Netanyahu. Celui-ci veut donner l’opportunité aux colons de Cisjordanie de choisir où ils veulent vivre : rester sous administration palestinienne ou s’installer en Israël. Pour le chef palestinien des négociations de paix Saeb Erekat, aucun colon ne sera autorisé à rester dans le futur Etat de Palestine.

Ce dimanche, un responsable du cabinet du Premier ministre israélien avait déclaré dans une interview accordée au Times of Israel que Benjamin Netanyahu n’avait aucunement l’intention de forcer les habitants à partir, même dans le cadre d’un accord de paix avec les Palestiniens.

En effet, il préfère leur laisser le choix. « De la même façon qu’il existe une minorité arabe en Israël, le Premier ministre ne voit pas pourquoi la Palestine n’aurait pas de minorité juive », avait-il déclaré. « Les juifs vivant de ce côté de la frontière devrait avoir la liberté de choisir s’ils veulent rester ou non. » Le responsable israélien réagissait au discours de Benjamin Netanyahu, prononcé à Davos le 24 janvier, indiquant son refus de démanteler les colonies et de déplacer les populations.

D’après une source du cabinet du Premier ministre, « cette réaction est emblématique de la réticence de l’Autorité palestinienne de parvenir à un accord avec l’Etat d’Israël. Sa réaction est radicale et irresponsable », a-t-il déclaré le 26 janvier. « Un accord ne pourra être obtenu que lorsque les Palestiniens reconnaîtront Israël en tant qu’Etat juif et lorsque sa sécurité sera garantie », a-t-il ajouté.

Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas avait déjà rejeté l’idée que des colons puissent rester dans le Etat palestinien – que ce soit des civils ou des militaires. Ce dimanche, le chef palestinien des négociations de paix Saeb Erekat a réitéré cette position et qualifié les colonies d’« illégales ».

« Nous ne sommes pas retournés sur la terre d’Israël après 2000 ans pour vivre sous l’autorité de Mahmoud Abbas. »

Naftali Bennett

« Dire qu’il faut maintenir la présence des colons dans l’Etat de Palestine revient à dire qu’il ne devrait pas y avoir d’Etat de Palestine », a déclaré Saeb Erekat. « Aucun colon ne sera autorisé à rester en Palestine, pas un. Car les colonies sont illégales, tout comme la présence des colons dans les territoires occupés.

Les déclarations récentes du Premier ministre israélien concernant les colonies ont aussi suscité la polémique au sein de la coalition. Le ministre de l’Economie et du Commerce Naftali Bennett, le vice-ministre de la Défense Danny Danon et le vice-ministre des Affaires étrangères Ze’ev Elkin ont tous dénoncé les propos du Premier ministre.

Ce dimanche, Naftali Bennett, dirigeant du parti de droite HaBayit HaYehudi, a appelé Netanyahu à revenir sur ses positions, arguant que cela traduisait son « manque de rationnalité en terme de valeurs ».

« Jamais », a posté Naftali Bennett sur sa page Facebook. « Nous ne sommes pas retournés sur la terre d’Israël après 2000 ans pour vivre sous l’autorité de Mahmoud Abbas. L’idée d’une vie juive sous administration palestinienne est indéfendable.»