La reine d’Angleterre Elizabeth II est arrivée vendredi sur le site de l’ancien camp de concentration de Bergen-Belsen (nord), libéré en 1945 par les troupes britanniques, au dernier jour de sa visite en Allemagne entamée mardi.

C’est la première fois que la souveraine se rend dans un ancien camp de concentration nazi.

Elizabeth, 89 ans, et son époux, le prince Philip, 94 ans, sont arrivés vers 12H30 sur le site où ils devaient rencontrer, en petit comité et loin des regards de la presse, des survivants et des libérateurs du camp.

Lors de la visite des vestiges du camp, le couple royal doit notamment se rendre au mémorial dédié à l’adolescente juive Anne Frank, morte du typhus à Bergen-Belsen et dont le journal est devenu l’un des récits emblématiques du sort réservé aux Juifs par les nazis.

Quelque 20 000 prisonniers de guerre soviétiques ont péri à Bergen-Belsen à la fin de la Seconde Guerre mondiale, et des dizaines de milliers d’autres personnes y ont trouvé la mort, dont de nombreux déportés transférés d’Auschwitz, Buchenwald, Ravensbrück ou Mauthausen devant l’avancée des armées alliées. En libérant Bergen-Belsen en avril 1945, les Britanniques avaient pris les premières photos révélant l’horreur de l’Holocauste et des camps nazis.

Lors de sa visite en Allemagne, la reine Elizabeth a rencontré le président fédéral Joachim Gauck et s’est brièvement entretenue avec la chancelière Angela Merkel.