La sœur de Mohamed Merah, le terroriste qui a tué sept personnes à Toulouse il y a deux ans, a quitté la France et pourrait être partie combattre en Syrie, a déclaré vendredi le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve.

Les autorités françaises ont perdu la trace de Souad Merah, âgée de 35 ans, quand une école à laquelle un de ses enfants était inscrit les a alertés que l’élève était absent depuis plusieurs jours.

« Il y a de fortes suspicions qu’elle se trouve en Syrie », a déclaré Cazeneuve à Europe 1.

Souad Merah, qui a quatre enfants âgés de neuf mois et 14 ans, a quitté Toulouse au début du mois de mai pour Barcelone en Espagne, selon des sources françaises enquêtant sur l’affaire.

Elle était accompagnée de ses enfants.

Cazeneuve a affirmé avoir pris un vol pour Istanbul au départ de Barcelone le 9 mai. Elle est montée à bord d’un autre avion le même jour pour la ville turque de Gaziantep, près de la frontière syrienne.

Souad Merah avait été placée en détention en avril sur des soupçons qu’elle aurait béni son frère Mohamed, 23 ans, avant la tuerie dans laquelle il a abattu trois soldats français et quatre juifs – trois enfants et un rabbin – en mars 2012.

Mohamed Merah est mort après avoir été abattu par la police.

Depuis lors, il est apparu qu’il avait visité le Pakistan et l’Afghanistan avant ses attaques et avait été repéré par les services du renseignement français, qui avaient gravement sous-estimé la menace qu’il représentait.

Cazeneuve a affirmé plus tôt ce mois-ci que 285 citoyens français combattent actuellement en Syrie, en dépit d’une série de mesures prises pour empêcher les gens de se rendre dans le pays déchiré par la guerre.

La France fait face à des préoccupations croissantes concernant le nombre de jeunes djihadistes qui partent combattre en Syrie. Les autorités craignent qu’ils pourraient constituer une menace majeure pour la sécurité intérieure s’ils rentraient chez eux.

Le gouvernement français a dévoilé un plan de lutte contre le terrorisme en avril, pour prévenir la radicalisation des ressortissants, contrecarrer le recrutement en ligne et le compliquer pour les djihadistes qui aspirent à quitter le pays pour se rendre en Syrie.

Merah, âgé de 23 ans au moment des faits, a déclaré dans les enregistrements filmés que ses crimes faisaient partie du djihad – la guerre sainte. Il est mort dans une fusillade avec la police à son appartement, deux jours après avoir tiré sur trois enfants et un rabbin à l’école juive Ohr Hatorah à Toulouse.

En décembre 2013, la police a interrogé Souad Merah à Paris après avoir été filmée disant qu’elle était fière de son jeune frère Mohamed. Filmée à son insu, elle a ajouté : « pour la façon dont il s’est battu jusqu’à la fin. »

« Les Juifs ne font que massacrer les musulmans. Je les déteste. Je pense du bien de Ben Laden. J’ai dit ça à la police. Je suis fière de mon frère, fière, fière, fière. »

Plus tard, elle a publié une déclaration disant qu’elle condamnait ses actions.