JTA – La star arabe israélienne Nuseir Yassin veut que vous l’aidiez à « voler un avion ». Mais c’est pour une bonne cause.

Dans une vidéo postée jeudi, il a présenté un plan pour que Turkish Airlines apporte de la nourriture en Somalie, où plus de six millions de personnes risquent la famine. Rejoint par Ben Stiller et une équipe de rêve sur les réseaux sociaux, il a exhorté les plus de 600 000 personnes qui le suivent sur Twitter à promouvoir le hashtag #TurkishAirlinesHelpSomalia.

« Nous allons voler un avion – nous tous, les gens d’Internet, a-t-il expliqué. Pour attirer l’attention de la compagnie aérienne, nous utiliserons un hashtag comme celui-ci. »

La vidéo d’environ une minute était la 341e que Yassin a posté sur sa page Facebook Nas Daily en autant de jours. En quelques heures, elle avait été partagée plus de 100 000 fois.

Diplômé de l’université de Harvard, originaire de la ville d’Arraba en Basse Galilée, Yassin a quitté l’année dernière son emploi bien payé en tant qu’ingénieur informaticien chez PayPal à New York pour commencer à faire les vidéos qu’il filme et qu’il poste de partout dans le monde.

La raison était simple et il l’a expliqué dans la vidéo n° 339 : « regardez, je suis juste un gamin velu de 25 ans qui veut vivre la meilleure vie possible et la mettre sur Facebook dans des vidéos d’une minute. C’est tout. »

Dans ses vidéos, Yassin porte un T-shirt gris avec une jauge qui est pleine à 32 %, expliquant qu’il a déjà utilisé cette portion de sa vie.

Yassin est rentré dans la campagne pour la Somalie suite à l’invitation de la sensation française sur Snapchat Jérôme Jarre, qui a ouvert le débat mercredi avec une vidéo dénonçant le silence « révoltant » des médias traditionnels. Jarre a également recruté Stiller, le YouTubeur mexicain Juanpa Zurita et le britannique influent sur Instragram Chaka Clarke.

La campagne vidéo de Stiller a été largement soutenue sur Twitter – avec une insulte amicale – par la comédienne juive américaine Sarah Silverman.

Yassin a confié au JTA qu’il n’avait jamais fait partie d’une campagne dans les réseaux sociaux pour soutenir une cause, mais la situation d’urgence que connait la Somalie en raison de la sècheresse a justifié une action sur Internet.

« Il existe maintenant deux formes de médias. Il y a les médias traditionnels que Donald Trump déteste, et il y a des gens comme nous », a-t-il déclaré, faisant référence aux personnes influentes sur les réseaux sociaux.

« Nous atteignons des dizaines de millions de personnes, ce qui est fou. Une de nos vidéos dans les réseaux sociaux peut avoir le même impact qu’un reportage sur CNN, et plus rapidement. »

La Somalie a récemment déclaré que l’aggravation de la sécheresse était une catastrophe nationale et craint qu’une famine ne touche sa population. L’Organisation des Nations unies a annoncé que la moitié de la population du pays est menacée et qu’au moins 360 000 enfants souffrent de malnutrition sévère, ce qui signifie qu’ils mourront dans les prochaines semaines s’ils ne reçoivent pas de nourriture.

Une crise semblable avait éclaté en 2011 et avait tué près de 260 000 personnes, dont plus de la moitié avant même que l’état de famine ne soit même déclaré.

Malgré la gravité du sujet, la vidéo de Yassin garde sa caractéristique équilibrée et optimiste, un ton qui a été un élément central de sa marque et qui lui a permis de séduire ses fans juifs et arabes. Depuis qu’il vit dans la maison de sa famille en Israël depuis quelques mois, il a posté des vidéos sur la Cisjordanie, sur le jeu du backgammon pour la paix, et bien sûr pour dire à quel Israël est sûr – mais cher.

Il a également invité tous ses fans sur Facebook à lui rendre visite dans sa maison (des dizaines de personnes se sont présentées) et il a proposé à un ami haredi de visiter sa ville natale. Il a documenté ses deux expériences en vidéo.

Yassin a confié qu’il ne gagnait pas d’argent grâce à sa page Facebook mais qu’il gagnait quelques milliers de dollars par mois en faisant des vidéos publicitaires d’une minute, en consultant et en organisant des ateliers.

La semaine prochaine, il envisage de s’envoler pour la Grèce pour filmer les travailleurs d’IsraAid, une organisation de secourisme israélienne, pendant qu’ils distribuent la nourriture aux réfugiés syriens.

Après cela, il pourrait aller au Rwanda. Mais il a ajouté que Nas Daily n’était pas vraiment sur le travail humanitaire ou que le but n’était pas de résoudre les problèmes dans son pays natal.

« Je suis apolitique, a-t-il assuré. J’ai commencé cela juste pour vivre ma vie. Quand cela cessera d’être amusant, ce sera la fin. »