L’Argentin juif est devenu un héros national en Colombie.

L’entraîneur José Pekerman a porté l’équipe nationale de football colombienne à de nouveaux records à la Coupe du monde.
Samedi, les « cafeteros » ont battu l’Uruguay 2-0 et atteint le stade des quarts de finale pour la première fois.

La Colombie n’était même pas qualifiée pour la Coupe du monde depuis 1998. Les Colombiens d’Israël ont célébré la victoire dans un bonheur débordant. Olga Zuloaga, qui vit en Israël depuis 14 ans, a fêté l’événement avec un groupe d’amis rue Allenby à Tel-Aviv.

« Nous sommes très heureux, notre entraîneur est argentin mais juif », dit-elle. Lorsque l’équipe colombienne s’est qualifiée pour la Coupe du monde l’an dernier, le président du pays, Juan Manuel Santos, a appelé l’entraîneur pour le féliciter.

Après le match avec l’Uruguay, un hashtag Twitter populaire en Colombie est né : #PekermanPresidente – Pekerman président.

Mais Pekerman, 64 ans, vit en Argentine, dans le quartier juif de Buenos Aires Villa Crespo. Il a commencé à jouer au football dans un club de Maccabi de la province d’Argentine, Entre Rios. Il avait déjà mené l’équipe nationale d’Argentine à la Coupe du monde de 2006, qui a perdu en quarts de finale contre l’Allemagne.

Le prochain adversaire de la Colombie est le pays hôte, le Brésil.

Si après avoir battu l’Uruguay, les Colombiens disent qu’ils veulent Pekerman comme président, que va-t-il arriver s’il conduit la Colombie à la victoire au Brésil ? Pekerman roi de Colombie ?