Sentinel Labs, une entreprise israélienne spécialisée dans la cyber-sécurité, a annoncé mercredi avoir levé 12 millions de dollars de fonds.

La société possède des bureaux à Palo Alto, mais possède également un département de recherche-développement en Israël.

Israël a produit pas moins de 200 nouvelles start-ups dans la dernière année et demie, selon les experts. Mais peu d’entre elles peuvent se targuer d’avoir pour clients Yahoo ou Netflix.

La technologie développée par Sentinel Labs protège des dizaines d’entreprises de Fortune 500, qui établit un classement des 500 plus grandes entreprises américaines en termes de chiffre d’affaires.

La start-up israélienne utilise une technologie en temps réel qui détermine si un fichier ou un élément suspect tente d’accéder à un ordinateur, un appareil mobile ou aux serveurs, et arrête la cyber-attaque avant qu’elle n’ait lieu.

La méthode fonctionne également sur les nouvelles attaques encore peu connues des programmes anti-virus «traditionnels».

« L’ère des anti-virus est achevée. Le monde de la technologie est prêt à passer outre, à la lumière de l’inefficacité des technologies anti-virus actuelles et de la visibilité limitée des produits basés sur les réseaux », a déclaré Tomer Weingarten, directeur général de Sentinel Labs.

Les programmes anti-virus utilisés par la plupart des utilisateurs, tels que Norton et McAfee, utilisent généralement un fichier de définition afin de déterminer les fichiers et les codes contre lesquels il faut protéger son ordinateur.

Quand une nouvelle menace est détectée, l’entreprise met à jour le fichier de définition et veille à ce que l’utilisateur soit protégé contre les nouveaux virus et logiciels malveillants.